Les chefs de police du pays demandent au gouvernement d'exclure de son projet de loi sur la marijuana la culture de petites quantités de cannabis à des fins personnelles.

Les chefs de police ne veulent pas de culture de marijuana dans les résidences

Les chefs de police du pays demandent au gouvernement d'exclure de son projet de loi sur la marijuana la culture de petites quantités de cannabis à des fins personnelles.
Dans son rapport déposé en novembre, le Groupe de travail sur la légalisation et la réglementation du cannabis, mis sur pied par le gouvernement fédéral, recommandait de permettre aux citoyens de cultiver jusqu'à quatre plants de cannabis pour usage personnel.
Le président de l'Association canadienne des chefs de police (ACCP), Mario Harel, estime que l'application par les policiers de cette disposition pourrait être très ardue.
M. Harel, par ailleurs directeur du Service de police de la Ville de Gatineau, doit témoigner jeudi devant le comité permanent des affaires juridiques et constitutionnelles du Sénat. Selon lui, il sera très difficile pour les policiers de déterminer si ce cannabis n'est pas en fait destiné au marché noir.
L'association estime que les dangers des installations artisanales sont bien connus. Si le gouvernement permet la culture à très petite échelle, il sera ensuite impossible de contrôler les taux de THC, l'usage de pesticides ou des risques comme les moisissures, estime-t-on.
Le gouvernement devrait déposer dès la semaine prochaine son projet de loi sur la décriminalisation de la marijuana à des fins récréatives.
Le premier ministre, Justin Trudeau, a prévenu que la marijuana demeure illégale jusqu'à ce que la loi soit modifiée.