Taylor Swift a poursuivi à son tour l'ancien animateur de radio pour la somme symbolique de 1 $, affirmant vouloir se servir de cette cause pour défendre les autres femmes.

Les allégations d'un ex-animateur de radio contre Taylor Swift rejetées

Un juge du Colorado a rejeté les allégations d'un ancien animateur de radio contre la chanteuse Taylor Swift dans le cadre d'un procès visant à déterminer si l'homme avait fait des attouchements sur la jeune femme, et si, en retour, cette dernière avait tenté de détruire sa carrière.
Le juge de district William Martinez a déclaré vendredi que la chanteuse ne pouvait pas être tenue responsable de son congédiement parce que David Mueller n'était pas arrivé à démontrer que Taylor Swift avait fait des démarches personnellement pour que l'homme perde son emploi après leur rencontre en 2013.
Les mêmes allégations contre la mère de la chanteuse et l'un de ses promoteurs à la radio seront soumises à un jury.
M. Mueller a nié avoir fait des attouchements à la vedette pop et a poursuivi Taylor Swift, sa mère Andrea et son promoteur Frank Bell, pour 3 millions $US en guise de compensation pour sa carrière ruinée.
L'auteure-compositrice-interprète l'a poursuivi à son tour pour la somme symbolique de 1 $, affirmant vouloir se servir de cette cause pour défendre les autres femmes.
Plusieurs témoignages
La décision du juge survient après des jours de témoignages de la chanteuse et d'autres.
Plus tôt dans la journée, vendredi, le garde du corps de Taylor Swift a témoigné qu'il avait vu M. Mueller placer sa main sous la jupe de l'artiste quelques secondes avant qu'un photographe ne prenne leur photo lors d'une rencontre avant son spectacle à Denver.
Greg Dent, qui ne travaille plus pour Mme Swift, a affirmé qu'il n'était pas intervenu parce qu'il attendait généralement à ce qu'elle lui fasse signe avant d'agir, ce qu'elle n'a pas fait cette fois-là.
Jeudi, c'est la vedette elle-même qui a été appelée à la barre pendant une heure pour relater cette rencontre «odieuse et effroyable».
«Il est resté collé à l'une de mes fesses dénudées alors que je m'écartais de lui», avait-elle raconté.
L'échange corsé de la jeune femme avec l'avocat de M. Mueller a parfois attiré les rires dans l'auditoire et même parmi les jurés. Elle a notamment fait rigoler certaines personnes lorsqu'elle a dit que M. Dent avait vu l'individu lever sa jupe, mais qu'il aurait fallu être en dessous d'elle pour bien voir qu'il lui agrippait les fesses «et nous n'avions personne posté là».
Elle a ajouté qu'après la prise de photo, elle avait essayé de s'éloigner autant que possible de l'homme.
La chanteuse a justifié son silence par le fait qu'elle ne voulait pas perturber l'événement pour ne pas décevoir les dizaines de personnes qui attendaient en file pour prendre une photo avec elle.