Le tireur de la rue Renouard maintenant connu...grâce à sa tuque Budweiser

Le tireur de la rue Renouard avait sur la tête une tuque Budweiser» transformée en cagoule. Et c’est Pierre Lemelin qui portait la tuque Budweiser. Pierre Lemelin est donc coupable de tentative de meurtre, tranche la Cour du Québec, en acquittant le coaccusé.

À LIRE AUSSI : Invasion de domicile à Beauport: deux individus armés recherchés

Les circonstances de la violente invasion de domicile dans un duplex de la rue Renouard, à Beauport, le 4 juin 2017, étaient tout sauf claires. 

La demi-douzaine d’occupants de la maison, brusquement réveillés, ont bien vu deux hommes avec des cagoules de fortune enfoncées sur la tête. 

L’un a donné des décharges de taser dans les côtes de Miguel Dufour avant de se battre avec lui. L’autre a tiré cinq coups avec une arme de calibre. 38. Dufour, 33 ans, est atteint de trois projectiles à l’abdomen et sera dans le coma une semaine avant de passer un mois et demi à l’hôpital.

Après avoir obtenu des informations d’une source du milieu criminel, les policiers arrêtent Pierre Lemelin, 36 ans, et Johnny Daigle, 51 ans. Les deux hommes sont accusés de tentative de meurtre, introduction par effraction, vol qualifié, agression armée et avoir braqué une arme à feu.

Un troisième homme, Mario Lamonde, 37 ans, a reconnu avoir planifié avec les deux autres le vol qualifié pour dérober l’argent des stupéfiants vendus par Miguel Dufour. Lamonde n’est jamais entré dans la maison. Il a écopé d’une peine de trois ans de détention.

Lors de leur procès, Lemelin et Daigle ont soutenu que c’est l’autre qui tenait l’arme à feu. 

Après avoir démêlé les versions, le juge Christian Boulet conclut, comme l’on dit trois témoins, que le tireur portait la tuque Budweiser avec deux trous pour les yeux ainsi que des gants noirs, deux éléments saisis par les policiers où l’on a retrouvé l’ADN de Lemelin. «En l’espèce, je suis convaincu que Monsieur Lemelin, en tirant cinq coups de feu en direction du plaignant, dont trois l’ont atteint, avait l’intention spécifique de causer sa mort», écrit le juge Boulet. Lemelin est aussi déclaré coupable de vol qualifié. À la fin du procès, il avait plaidé coupable à l’accusation d’introduction par effraction. Trois gouttes de sang du coaccusé Johnny Daigle ont été retrouvées à l’extérieur du duplex, près de la porte. «Ces prélèvements prouvent la présence de M. Daigle à cet endroit probablement ce soir-là, mais ils ne prouvent pas qu’il soit entré à l’intérieur, écrit le juge Boulet. La preuve indique que le deuxième cagoulard est probablement M. Daigle, mais je n’en suis pas convaincu hors de tout doute raisonnable», termine le juge, en prononçant l’acquittement complet de Daigle.

Johnny Daigle reste toutefois détenu dans une autre histoire d’invasion de domicile au Saguenay.

Les représentations sur la peine de Lemelin auront lieu le 21 février. Le crime de tentative de meurtre avec une arme à feu est passible d’une peine minimale de quatre ans. En raison de ses lourds antécédents judiciaires, Pierre Lemelin fera face à une peine beaucoup plus importante.