Le sang des deux défunts de Murdochville analysé

La Sûreté du Québec (SQ) demande des analyses toxicologiques du sang des deux hommes décédés mardi  dans une galerie souterraine du Centre d'interprétation du cuivre (CIC) à Murdochville.
«L'hypothèse privilégiée est un décès accidentel par intoxication. On a demandé le prélèvement de substances corporelles. L'enquête demeurera ouverte tant qu'on n'aura pas de résultat des analyses, même s'il ne semble pas y avoir d'élément criminel», explique la sergente Audrey-Anne Bilodeau, de la SQ.
Claude Chouinard, un employé de 50 ans, et Roch Dunn, un bénévole de 60 ans, pourraient avoir subi une intoxication au monoxyde de carbone. Ils utilisaient une pompe fonctionnant à l'essence pour vider la galerie de son eau.
La vice-présidente du CIC, Nathalie Lavoie, ne sait ni quand ni si le Centre rouvrira cet été. Les enquêteurs de la SQ et les inspecteurs de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) sont sur place et interdisent l'accès au bâtiment, rapporte-t-elle.
L'équipe de cinq employés et les bénévoles sont toujours secoués. Le président du CIC est le beau-frère d'une des victimes, Roch Dunn, et la secrétaire-trésorière est la femme de ce dernier, illustre Mme Lavoie. Son propre mari, un employé du CIC, a découvert les corps hier matin et est sous le choc. «On est ensemble, on se tient, on se jase et on va passer à travers ensemble», résume-t-elle.
Par ailleurs, Mme Lavoie était fâchée contre Hydro-Québec au lendemain des décès. «Aujourd'hui, on attend l'électricité. Si elle avait été là, ça ne serait pas arrivé. Le système de pompage fonctionne en temps normal à l'année, et est alimenté à l'électricité. Le Centre a été débranché à la demande des administrateurs cet hiver, ce qui a causé l'inondation de la galerie.
«Le mât électrique était tombé sous le poids de la neige. On a fait débrancher pour éviter un feu. Depuis le 10 juillet, [Hydro-Québec] nous dit : on s'en vient! Les monteurs de ligne étaient censés venir lundi», dit Mme Lavoie.