François Duchesne, 56 ans, était directeur des communications et du marketing du MNBAQ depuis juin 2019.
François Duchesne, 56 ans, était directeur des communications et du marketing du MNBAQ depuis juin 2019.

Le Musée national des beaux-arts du Québec secoué par la mort d’un de ses directeurs

Marc Allard
Marc Allard
Le Soleil
Le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) est «sous le choc» après la mort d'un de ses directeurs, François Duchesne, qui a péri dans la tuerie de samedi soir dans le Vieux-Québec.

M. Duchesne, 56 ans, était directeur des communications et du marketing du MNBAQ depuis juin 2019. Il fait partie des victimes de la tuerie, confirme Linda Tremblay, porte-parole du MNBAQ.

«Nous sommes tous sous le choc, dit Mme Tremblay. Toute l’équipe du Musée national des beaux-arts du Québec est de tout cœur avec la famille et les proches de François, à qui nous offrons nos plus sincères sympathies, mais nous compatissons également avec les familles et les proches de toutes les victimes de cette tragédie inexplicable».

François Duchesne, 56 ans, était directeur des communications et du marketing du MNBAQ depuis juin 2019.

La mort de M. Duchesne est «une grande perte pour notre organisation», a ajouté Linda Tremblay. Le directeur général du MNBAQ, Jean-Luc Murray, devrait réagir en début de semaine.

Linda Tremblay décrit son patron, François Duchesne, comme «homme au grand coeur».

Selon elle, M. Duchesne était amoureux de sa ville et adorait marcher dans ses rues. Le Vieux-Québec était «son circuit prédilection», dit-elle.

Offrant ses condoléances aux familles des victimes de la tuerie, la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, a ajouté dimanche sur Twitter que «la communauté culturelle est ébranlée» d'apprendre le décès de François Duchesne. 

Dévoué à Nez Rouge

Le fondateur d'Opération Nez rouge, Jean-Marie de Koninck, a été lui aussi bouleversé, dimanche, d'apprendre la mort de François Duchesne. M. Duchesne était membre depuis au moins 10 ans du conseil d'administration de Nez Rouge. 

«C'était une personne très engagée, très agréable, une très belle personnalité», dit M. de Koninck. 

L'opinion de François Duchesne était très écoutée au sein du conseil d'administration de Nez Rouge, selon Jean-Marie de Koninck. «Quand il parlait, on savait qu'il avait quelque chose d'intéressant à dire. Il avait de bonnes valeurs humaines». 

Même quand il se trouvait en dehors de Québec, M. Duchesne, qui a longtemps travaillé en entreprise privée, tenait à ne pas rater les réunions du conseil d'administration de Nez rouge. «Souvent, il devait être à Montréal pour son travail, dit M. de Koninck. Il insistait pour nous rejoindre virtuellement et pour participer aux rencontres». 

Passionné d'art

Le chef de Démocratie Québec et conseiller municipal Jean Rousseau éprouvait «beaucoup de tristesse», dimanche, après avoir appris la mort de François Duchesne, qu'il connaissait depuis plusieurs années. 

«François avait une personnalité agréable, c'était un homme chaleureux qui partageait sa passion pour l'art et pour les expositions. C'est quelqu'un qui va beaucoup me manquer», dit M. Rousseau, dont les pensées vont aux proches de M. Duchesne et des autres victimes de la tuerie. 

Dimanche, la famille de François Duchesne a préféré ne pas réagir publiquement. Un porte-parole d'une des sœurs de M. Duchesne a fait savoir que la famille souhaitait vivre son deuil dans l’intimité. 

Avec Élisabeth Fleury