Marc-Olivier Cloutier - photo tirée de facebook

Le jeune prof de Québec veut plaider coupable au leurre informatique

Le professeur suppléant Marc-Olivier Cloutier a annoncé son intention de plaider coupable mercredi aux accusations de leurre informatique sur huit adolescents et possession de pornographie juvénile.
Le dossier judiciaire de Cloutier revenait en cour lundi pour l'étape de l'enquête sous remise en liberté et pour le dépôt d'une dizaine de nouvelles accusations.
Le jeune homme de 26 ans, sans antécédent judiciaire, a plutôt annoncé à son avocate, Me Geneviève Bertrand, son intention de plaider coupable, moins de deux semaines après son arrestation.
Marc-Olivier Cloutier est accusé d'avoir commis durant plus de cinq ans du leurre informatique aux dépens de huit adolescents âgés entre 12 et 18 ans.
Empruntant l'identité fictive d'une jeune femme au début de la vingtaine, Cloutier envoyait des photos d'organes génitaux féminins et réclamait en retour des photos des jeunes dénudés.
Comme il a conservé les photos, il est accusé de possession de pornographie juvénile.
La police connaît l'identité de quatre plaignants de leurre informatique. Dans quatre autres cas, l'analyse des conversations sur Internet n'a pas permis d'identifier la jeune victime du leurre informatique.
La Couronne a aussi déposé une accusation d'agression sexuelle et une autre de contacts sexuels avec un adolescent vis-à-vis duquel Cloutier était en situation d'autorité en tant que professeur stagiaire.
Ces deux accusations seront retirées par le ministère public lors de la reconnaissance de culpabilité.
Il est déjà clair que les parties ne s'entendront pas sur la peine à proposer au tribunal. 
Le leurre informatique est passible d'une peine minimale d'un an. Marc-Olivier Cloutier risque une peine de prison beaucoup plus considérable puisque le leurre informatique s'étend sur une période de plus de cinq ans et a touché au moins huit victimes.
Marc-Olivier Cloutier était enseignant suppléant en mathématiques pour les commissions scolaires de la Capitale et des Premières-Seigneuries jusqu'à son arrestation.