Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Alors qu’on signalait 4,9 surdoses involontaires non mortelles par mois en 2019, le nombre a bondi à 12,5 par mois en 2020.
Alors qu’on signalait 4,9 surdoses involontaires non mortelles par mois en 2019, le nombre a bondi à 12,5 par mois en 2020.

Le fentanyl en «présence continue» à Québec depuis novembre

Isabelle Mathieu
Isabelle Mathieu
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Le fentanyl, un dangereux opioïde de synthèse, est présent en continu dans la grande région de Québec depuis novembre 2020, s’inquiète la Direction de la santé publique. Le nombre de surdoses non mortelles a presque triplé en un an sur le territoire.

Habituellement avare de détails tant qu’une enquête n’est pas bouclée, le Service de police de la Ville de Québec a choisi de diffuser jeudi matin les images d’inquiétantes poudres roses, mauves, bleues et brunes saisies au cours des derniers jours lors d’une perquisition. La poudre granuleuse contient un mélange d’héroïne et de fentanyl, un opioïde de synthèse qui est de 20 à 40 fois plus puissant que l’héroïne. Un colorant est utilisé pour changer l’aspect de la drogue de rue.

Les enquêteurs de l’unité des stupéfiants du SPVQ se sont mis sur la trace de cette drogue il y a quelques semaines, après avoir reçu le signalement qu’un homme avait pu réchapper d’une surdose. Un individu a été arrêté, mais aucune accusation criminelle n’a été déposée pour le moment.

Le relationniste de la police de Québec, David Pelletier, insiste: une personne peut s’intoxiquer au fentanyl de façon involontaire, seulement en touchant la substance ou en l’inhalant. Les consommateurs qui croient acheter de l’héroïne et ignorent qu’elle a pu être «coupée» avec du fentanyl sont particulièrement à risque.

En surdose, le fentanyl provoque une perte de conscience et une détresse respiratoire pouvant mener à l’arrêt respiratoire et, ultimement, à la mort.

Depuis quelques jours, la police dit partager l’information avec ses divers partenaires, comme les travailleurs de rue, le centre antipoison, pour mettre tout le monde sur un pied d’alerte.

Forte hausse des surdoses non mortelles

Le fentanyl, qui a tué des milliers de personnes dans l’ouest du Canada, est présent de façon sporadique à Québec depuis 2015. Une poignée de trafiquants ont été arrêtés et condamnés.

À l’été 2019, la «Purple», une poudre granuleuse mauve contenant du fentanyl, a coûté la vie à un homme de 26 ans dans le quartier Montcalm à Québec.

Le nombre de surdoses mortelles après une intoxication (toutes drogues confondues) est passé de 42 en 2019 à 55 en 2020.

La plus récente surdose mortelle au fentanyl à Québec est survenue en novembre 2020. Depuis ce temps, la Santé publique du CIUSSS de la Capitale-Nationale reçoit des rapports de laboratoire confirmant la présence continue de fentanyl sur le territoire.

«La situation actuelle des cas de surdoses aux substances illicites sur le territoire de la Capitale-Nationale est préoccupante, puisque, depuis mai 2020, une augmentation des signalements de surdoses non mortelles a été notée», indique Mathieu Boivin, porte-parole du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Alors qu’on signalait 4,9 surdoses involontaires non mortelles par mois en 2019, le nombre a bondi à 12,5 par mois en 2020. 

Le nombre de surdoses mortelles après une intoxication (toutes drogues confondues) est passé de 42 en 2019 à 55 en 2020.

Selon les autorités de santé publique, la hausse peut s’expliquer par une augmentation de la contamination des substances issues du marché illicite exacerbée par le contexte de la crise sanitaire, mais aussi par une amélioration des processus de signalement chez les partenaires du milieu.

Compte tenu de la saisie récente de fentanyl du SPVQ et de la détection de la substance dans d’autres régions du Québec, les autorités de santé publique ont aussi diffusé un avis à l’intention des personnes utilisatrices de substances psychoactives et des intervenants de terrain pour les prévenir du risque accru.