Le coroner enquête sur la mort d'une dame en CHSLD

Le Bureau du coroner a été saisi d'une enquête concernant le décès d'une dame de 84 ans survenu le 19 mars au CHSLD Christ-Roi à Québec. Il devra tenter d'expliquer pourquoi la bénéficiaire, qui ne pouvait quitter son lit, a fait une chute au sol alors que les ridelles devaient être montées.
Selon les informations obtenues par Le Soleil, l'état de l'octogénaire se serait détérioré dans la soirée du 18 mars. Plusieurs membres du personnel en poste ce soir-là seraient intervenus auprès d'elle dans les heures qui ont précédé son décès.
La dame, grabataire, c'est-à-dire qu'elle ne pouvait quitter son lit, avait aussi des difficultés à respirer. De ce fait, sa tête de lit était possiblement inclinée. À première vue, il semble impossible qu'elle ait pu tomber au sol si les ridelles -les montants en métal qui protègent les patients d'une chute- étaient en position levée. C'est pourtant bien ce qui s'est produit. 
«Lorsqu'il y a un doute qu'un patient décède d'une autre cause que d'une mort naturelle, nous demandons au coroner d'intervenir. De notre côté, nous faisons une analyse de la gestion des risques pour savoir si le protocole a été suivi», explique Karine Primard, agente d'information au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale. Celle-ci précise qu'elle ne peut confirmer les informations obtenues par Le Soleil sur les circonstances entourant le décès. Elle décrit simplement la procédure habituelle lorsqu'il y a un doute sur la nature du décès. «Je ne peux parler d'un cas précis parce que ce sont des informations confidentielles qui ne peuvent être dévoilées», conclut-elle.
Le Bureau du coroner confirme être au fait du dossier. Le Soleil a aussi appris que le CIUSSS avait bien lancé une analyse de gestion pour comprendre ce qui s'était passé les 18 et 19 mars.