Le camion cube impliqué dans l’accident survenu sur le boulevard Talbot lundi matin a été retrouvé dans un stationnement de la rue Dubose, à Jonquière.

«Le conducteur n’a rien senti»

Le conducteur du véhicule impliqué dans ce qui semblait être un délit de fuite lundi matin sur le boulevard Talbot à Chicoutimi a été retrouvé. L’homme ne se serait jamais rendu compte qu’il avait heurté puis traîné sur la chaussée un homme d’environ 70 ans.

« Si le conducteur du camion cube a accroché le monsieur avec le pare-choc arrière, je peux vous confirmer qu’il n’a rien senti et qu’il n’a probablement jamais vu qu’il traînait une personne avec son camion. »

| LIRE AUSSI: Traîné sur 300 mètres

C’est du moins l’opinion de Gilles Dufour, qui est propriétaire des écoles de conduite Technic de Chicoutimi. Chaque jour, il forme des apprentis conducteurs sur des voitures et des camions afin que ceux-ci puissent conduire en toute sécurité sur les routes du Saguenay–Lac-Saint-Jean et du Québec.

Loin de lui l’idée de blâmer le conducteur du camion cube que l’homme venait de louer dans un commerce de location du boulevard Talbot, il ne fait qu’expliquer la façon dont les choses ont pu se produire. « Même si le camion cube en question n’est pas vraiment plus gros qu’un véhicule utilitaire sport (VUS) (à part la hauteur), il n’est pas facile de remarquer que quelqu’un se trouve près du véhicule. Si la victime était accrochée au pare-choc, elle se trouvait environ 40 centimètres trop bas pour être bien vue », poursuit M. Dufour.

La conduite d’un camion cube n’est pas naturellement différente d’un autre véhicule. C’est la raison pour laquelle les entreprises de location achètent des camions cubes d’une douzaine de pieds de longueur (3,5 mètres) afin de pouvoir les louer à monsieur et madame Tout-le-monde.

Il ne faut pas être muni d’un permis de conduire particulier pour le faire et il n’y a aucune obligation à suivre une formation de conduite.

« Ça prend un permis de classe 5, ce que tous les conducteurs automobiles possèdent. Malgré tout, dans les formations que j’offre, je dis régulièrement qu’il faut regarder dans les miroirs toutes les 10-12 secondes et qu’il faut regarder les angles morts à l’approche d’une intersection. Il y a des facteurs à considérer, comme l’expérience de conduite de la personne », estime Gilles Dufour.

Autre élément à analyser dans l’accident du boulevard Talbot, c’est que la circulation se fait dans un sens de chaque côté du terre-plein.

Ainsi, à la sortie du centre de location Discount, le conducteur d’une voiture ou d’un camion va regarder naturellement à sa gauche, d’où arrive la circulation, afin de s’assurer qu’il peut emprunter le boulevard en toute sécurité. L’habitude n’est pas nécessairement de regarder à droite. Il est possible que l’homme impliqué dans ce triste événement n’ait jamais vu le piéton qui arrivait par la droite et qu’il peut l’avoir heurté en prenant le virage.

Ces informations et ces possibilités semblent concorder avec les récits de certains témoins et les images des caméras vidéo du secteur.