Greta Thunberg
Greta Thunberg

L'autocollant sur «Greta» n'est pas de la pornographie juvénile, dit la GRC

CALGARY — La Gendarmerie royale du Canada (GRC) dans le centre de l'Alberta affirme qu'un autocollant qui semble montrer une militante environnementale adolescente bien connue dans un acte sexuel n'est pas de la pornographie juvénile.

L'autocollant porte le logo de X-Site Energy Services sous la forme d'une caricature qui semble représenter Greta Thunberg, la militante suédoise de 17 ans.

Le directeur général de l'entreprise, Doug Sparrow, a nié avoir quoi que ce soit à voir avec les autocollants.

Une citoyenne inquiète avait appelé les policiers et signalé l'autocollant comme de la pornographie juvénile.

La section des enquêtes générales de la GRC à Red Deer a déclaré avoir consulté des experts de la police sur l'exploitation sexuelle des enfants.

La GRC a conclu que l'autocollant ne comprenait pas les éléments nécessaires pour le considérer comme de la pornographie juvénile et qu'il ne représentait pas «une activité non consentante qui pourrait être considérée comme une menace directe envers la personne».

«La GRC de l'Alberta ne croit pas que cela constitue une infraction criminelle, a déclaré le corps policier vendredi dans un communiqué. C'est pourquoi nous ne formulerons aucun autre commentaire sur cette enquête.»

L'autocollant comporte un dessin en noir et blanc du dos nu d'une figure féminine avec des mains tirant sur ses nattes tressées et le nom «Greta» écrit en dessous.

Un torrent d'indignation en ligne a éclaté lorsque Michelle Narang, de Rocky Mountain House, en Alberta, a publié l'image sur les réseaux sociaux mercredi soir. Elle a dit qu'elle avait pleuré en la voyant.

«Le visuel est choquant, a déclaré Mme Narang jeudi. Ça fait mal. Ça fait mal à bien des niveaux.»

L'Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) a affirmé qu'elle jugeait cet autocollant complètement inacceptable.

«Ce type de comportement n'est pas représentatif de l'industrie du pétrole et du gaz naturel du Canada, des entreprises de services qui oeuvrent dans l'industrie, et de la province de l'Alberta», a affirmé la vice-présidente Stacey Hatcher, vendredi, par communiqué.

«L'industrie accorde une grande importance à l'intégrité sociale et aux droits de la personne, et nous devons nous manifester quand nous voyons un comportement si contraire à nos valeurs», a-t-elle ajouté.

Le premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney, la ministre de la Condition féminine, Leela Aheer, et des politiciens de toutes allégeances ont dénoncé l'image controversée.

Greta Thunberg a fait les manchettes pour ses appels passionnés aux dirigeants mondiaux à prendre des mesures plus strictes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et pour avoir inspiré de grandes marches climatiques à travers le monde.

Elle s'est jointe à des milliers de personnes lors d'une marche dans le centre-ville d'Edmonton en octobre. Les partisans de l'industrie pétrolière et gazière se sont présentés, mais ils ont été largement dépassés par les défenseurs du climat.