Le palais de justice de Québec
Le palais de justice de Québec

L'attente d'un résultat de test de COVID-19 mène à la suspension d'un procès pour agression sexuelle

Isabelle Mathieu
Isabelle Mathieu
Le Soleil
Le procès devant jury qui s’est ouvert mercredi à Québec est déjà suspendu dans l’attente du résultat d’un test de dépistage de COVID-19 d’un des 12 jurés.

Quelques heures après avoir été sélectionné pour entendre le procès d’Hamza Mbareche, accusé d’agression sexuelle, un juré a appris que sa cousine, qui travaille dans une résidence pour personnes âgées, avait reçu un diagnostic positif de COVID-19. 

À LIRE AUSSI : Le consentement au coeur d'un procès

Estimant avoir été suffisamment en contact avec cette dame, le juré est allé se faire tester mercredi en fin de journée dans une clinique de dépistage de Québec.

Informé de la situation, le juge Richard Grenier de la Cour supérieure, qui préside le procès, a mis le juré à l’écart et décidé jeudi matin de suspendre le procès.

«Je ne veux pas mettre en péril la santé de personne, a indiqué le juge Grenier. Le procès doit être suspendu tant et aussi longtemps qu’on n’a pas le résultat du test.»

Le juge a dit souhaiter que le test du juré «soit traité de façon prioritaire» afin que le procès puisse suivre son cours le plus rapidement possible.

De nombreuses mesures de distanciation ont été mises en place pour ce premier procès devant jury depuis le début de la pandémie. Des parois de plexiglas ont été installées pour séparer les différentes places. Tout le monde porte le masque jusqu’à avoir gagné sa place.