Mathieu Larin

La vie des victimes du proxénète Mathieu Larin chamboulée à jamais

« Se faire passer dessus par plus d’une trentaine d’hommes, ça chamboule complètement la façon de voir l’amour, la vie, l’être humain. »

L’une des victimes du proxénète Mathieu Larin avait 17 ans lorsqu’elle en a fait la connaissance sur un site de rencontres à l’automne 2014.

Lire aussi: Le proxénète Mathieu Larin s’excuse à ses victimes

Mathieu Larin reconnaît être un proxénète

Coupable de proxénétisme, Larin nie une agression sexuelle

L’individu de 32 ans subissait, lundi, les observations sur la peine dans ses dossiers de proxénétisme au palais de justice de Sherbrooke.

«Je me suis fait réveiller en pleine nuit par un homme qui avait besoin d’assouvir ses désirs. Je me suis fait reprocher que je n’étais pas assez salope. J’ai dit oui quand mon cœur criait non et j’en passe», signale cette victime de Larin maintenant âgée de 21 ans.

Mathieu Larin a reconnu sa culpabilité en ce qui concerne les chefs d’accusation de proxénétisme et de prostitution juvénile pour cette victime entre octobre et novembre 2014.

Le 23 octobre 2017, Larin avait plaidé coupable d’avoir amené trois autres femmes à offrir des services sexuels moyennant rétribution entre décembre 2016 et juin 2017.

L’individu a aussi reconnu avoir fait de la publicité pour offrir des services sexuels moyennant rétribution et d’avoir bénéficié d’un avantage pécuniaire qu’il savait provenir de la prostitution.

Larin louait des chambres d’un établissement hôtelier d’abord de Québec puis de Sherbrooke. Certains services sexuels ont aussi été offerts durant la période des accusations dans un appartement du secteur Mi-Vallon ainsi qu’à domicile.

La victime adolescente souligne qu’elle voulait « faire ses preuves » pour l’homme qu’elle croyait aimer.

«Je me pensais en sécurité. J’aurais fait n’importe quoi pour lui, pour le rendre heureux et le satisfaire», signale cette victime.

Depuis ces événements où elle a servi « d’objet monnayable » à la fin de son adolescence, sa façon de voir la vie a complètement changé.

Au début mars, Mathieu Larin a été acquitté d’un chef d’agression sexuelle à l’endroit de cette victime de proxénétisme.

«Je ne me laisse plus toucher de la même façon. J’ai des flashbacks et je passe rarement plus d’une journée sans que tout ça me traverse l’esprit. Il m’arrive encore de m’endormir en y pensant. Je peux ressentir le dégoût, la peur et la peine que certains provoquaient chez moi, comme si je le vivais encore», a témoigné la victime de Larin.

Elle souhaite que Larin puisse changer et réaliser le mal qu’il a fait, pas pour lui «mais pour celles dont tu voudras profiter et qui comme moi feraient l’erreur de te dire oui».

Une autre victime de Larin s’est adressée au tribunal pour parler des conséquences sur sa vie.

«Je me suis sentie trahie et manipulée. J’ai commencé à consommer du speed et de la cocaïne. Je suis devenue dépendante pour continuer à travailler. Je me suis détruite physiquement et mentalement», mentionne-t-elle.

Une autre femme avait vécu une relation difficile avant de connaître Larin. Elle avait déménagé et avait recommencé l’école.

«J’ai passé des heures entre les murs et les couvertures. Seules la luxure de ma chambre et la couleur de l’argent me soulageaient. J’ai vécu une double vie. Je suis une survivante de l’industrie du sexe et j’en suis une combattante. J’ai été violée une centaine de fois où mon consentement était acheté avec de l’argent. Je ne pourrai jamais oublier tous ces hommes qui ont mis la main sur moi.»

Toutes les victimes de Larin ont été diagnostiquées pour des dépressions et prennent de la médication.