Les nouveaux véhicules qui prendront la route dès l'automne prochain arborent maintenant le noir et le blanc et seront moins énergivores.

La SQ change le look de ses autopatrouilles

La Sûreté du Québec (SQ) a revu le design de ses autopatrouilles pour en faire des véhicules plus visibles et moins énergivores. À savoir s'ils respectent les normes esthétiques 2017, c'est une autre histoire.
Les véhicules qui prendront la route dès l'automne prochain arborent maintenant le noir et le blanc. «On a d'abord regardé des études et on a observé ce qui se fait ailleurs, notamment aux États-Unis et en Ontario», explique Guy Lapointe, responsable des communications pour la police provinciale.
«On s'est rendu compte qu'il n'y a pas une couleur plus visible qu'une autre. Ça dépend de l'environnement. Les tests ont prouvé que les contrastes de couleur sont les plus visibles», poursuit-il.
Comme conçue, l'autopatrouille est censée être visible dans toutes les conditions, autant sous le soleil de juillet que dans la tempête de neige de décembre. La nuit, les bandes et le lettrage réfléchissants apposés à l'avant, à l'arrière et sur les côtés augmenteront la visibilité.
Et il n'y a pas que la couleur qui change. «On a aussi revu les gyrophares. Les anciens sont munis de pièces rotatives halogènes qui demandent beaucoup d'énergie. Les nouveaux sont constitués d'un système DEL beaucoup plus petit et aérodynamique. C'est beaucoup plus économique parce que ça demande moins d'énergie du bloc électrique et moins d'essence. Ce système est aussi plus visible», raconte le policier.
Les autopatrouilles commenceront à prendre la route dès l'automne à mesure que chacune arrivera à la fin de sa vie utile. Le changement devrait donc se faire à coût nul. Les véhicules sont remisés lorsqu'ils affichent environ 200 000 kilomètres à l'odomètre. D'ici trois ans, le parc de 1100 autopatrouilles qui couvrent le territoire devrait être renouvelé. Certains véhicules spécialisés qui roulent moins souvent, comme ceux des maîtres chiens, seront changés dans plus de trois ans.
Critiqué
Sur la page officielle de la SQ, les internautes ont vite fait de donner leur opinion sur l'esthétisme du nouveau véhicule. Plusieurs critiquent le choix des couleurs. Par exemple, on reproche à la SQ d'avoir conservé les fameuses lignes kaki et jaunes sur les portières. D'autres estiment que les autopatrouilles seront moins visibles si les gyrophares ne sont pas actionnés et qu'il sera plus facile de distribuer des contraventions.
Malgré cela, le porte-parole garde le cap. «La décision prise l'a été uniquement sur une base d'une plus grande visibilité. En ce sens, nous nous rapprochons beaucoup du véhicule de la police ontarienne», conclut-il.