La prison pour un Lévisien qui a fraudé sa mère démente

Un fraudeur sans scrupule qui a dépouillé de ses avoirs sa propre mère, atteinte de démence, écope d'une peine de cinq ans de pénitencier.
Steve Poitras, 47 ans, de Lévis, avait plaidé coupable en juillet 2015 à des fraudes de 180 000 $, dont 23 000 $ à sa mère, une veuve souffrant de démence.
Les principales victimes sont des institutions bancaires, chez qui Poitras a ouvert des comptes, entre 2012 et 2015, et déposé des chèques sans provision qu'il s'empressait d'encaisser.
L'homme a aussi escroqué son employeur, soit une résidence pour personnes âgées, ainsi qu'une résidente de l'endroit.
Le crime le plus odieux de l'accusé a été commis aux dépens de sa mère.
Sans aucun document légal, Steve Poitras s'est appliqué à administrer les biens de la dame, mais en a profité pour la délester d'un montant de plus ou moins 23 000 $, en s'appropriant notamment les rentes de son mari décédé.
Après les manoeuvres frauduleuses de Poitras, la Curatelle publique a dû prendre la relève, vu l'indigence de la mère. «Il [Steve Poitras] a placé sa mère dans une situation précaire, a souligné le juge Carol St-Cyr dans sa décision sur la peine. Elle n'est plus en mesure de demeurer dans sa résidence pour personnes âgées et de payer les services dont elle aurait besoin.»
Récidiviste
Poitras a commencé à commettre des fraudes en 1990. En 2011, il avait été condamné à 24 mois de prison, une peine relativement clémente dont l'objectif était de le maintenir dans le système provincial, avec une probation et une thérapie à la clé. Poitras n'a jamais contacté son agent de probation et n'a fait aucune thérapie. Il est détenu depuis son arrestation; une fois soustraite la détention provisoire, il doit encore purger environ 45 mois derrière les barreaux.
À la demande du procureur de la Couronne, Me Guillaume Michaud, le juge St-Cyr a aussi prononcé une ordonnance de remboursement de 23 000 $ destinée à la mère.