La police enquête sur une possible agression, mais aucune accusation n'a été déposée.

La police met fin à une bataille entre hockeyeurs et partisans

La police a dû mettre fin à une bagarre entre des hockeyeurs et des partisans lors d'un match de la ligue de hockey junior au Nouveau-Brunwick, samedi.
Le sergent Steve Wilson a indiqué que la police de Saint-Jean avait porté une «attention spéciale» au match de demi-finale entre l'équipe locale, les Southern Sting, qui jouaient contre le Moose de Grand Lake à l'aréna Lord Beaverbrook.
Jusqu'à 1000 personnes étaient dans les gradins lorsqu'une bataille a éclaté entre les joueurs et les partisans, a relaté le sergent Wilson.
La foule a été dispersée et l'ordre a été rétabli, a-t-il assuré, reconnaissant qu'il était rare pour la police d'intervenir ainsi dans une partie de hockey.
La police enquête sur une possible agression, mais aucune accusation n'a été déposée.
Le spectateur David Upham regardait la partie lorsque l'un des joueurs a grimpé par-dessus la vitre pour frapper quelqu'un sur la tête avec son bâton de hockey, a-t-il raconté. Quelqu'un dans l'assistance aurait ensuite versé son breuvage sur la tête du joueur et tout a déboulé à ce moment-là.
M. Upham et ses amis Jake Ingersoll et Mitchell Doyle ont filmé un homme chaussé de patins en train d'échanger des coups de poing avec des spectateurs.
La vidéo a été téléchargée sur Facebook et elle avait été visionnée près de 100 000 fois en date de dimanche après-midi.
Dans un message publié sur Facebook dimanche, l'équipe des Southern Sting a écrit que les événements étaient hors de son contrôle et qu'il ne fallait pas la juger selon «les gestes d'un seul joueur et de quelques partisans».
L'équipe annonce toutefois que la sécurité a été renforcée pour les prochains matchs et que les spectateurs seront fouillés avant chaque partie.
Les Southern Sting se sont rendus en finale de la Ligue de hockey junior du Nouveau-Brunswick après avoir battu le Moose de Grand Lake par un score de 4 à 2.