La mère de Noémie Lavoie, Kathy Guay, en a marre que la mémoire de sa fille soit entachée.

La mère d'une femme assassinée invectivée

La mère de Noémie Lavoie, cette Laterroise assassinée l’an dernier à Montréal et dont le conjoint est accusé de meurtre, déplore que la réputation de sa fille soit toujours entachée, 11 mois après sa mort. Kathy Guay a été invectivée et insultée, durant le temps des Fêtes, concernant des accusations dont sa fille avait fait l’objet par le passé. Mais les informations véhiculées initialement par un média montréalais n’étaient pas tout à fait exactes et la mère endeuillée a tenu à rectifier le tir.

Noémie Lavoie a été assassinée le 26 février dernier. Elle avait 24 ans. Son conjoint, Ali Mahamat Mahadi, a été arrêté et accusé de meurtre au deuxième degré. Il est actuellement détenu, mais la date de son procès n’a toujours pas été fixée.

Lors de la mort de la jeune femme, des articles publiés faisaient état de son passé qui n’était pas sans histoire. On y affirmait que Noémie Lavoie, accompagnée de Ali Mahamat Mahadi et d’un troisième individu, avait séquestré et battu un jeune homme, en plus de l’agresser sexuellement. Mais les choses ne s’étaient pas vraiment passées de cette façon. À vrai dire, Noémie Lavoie a été accusée de complicité après les faits concernant les événements et n’était pas présente au moment où l’agression sexuelle a été perpétrée. Selon ce qu’il a été permis d’apprendre, la jeune femme était allée chercher son copain à l’appartement où avait été perpétré le crime et elle l’avait conduit jusqu’au Saguenay, d’où le chef de complicité après les faits.

Le Quotidien a d’ailleurs vérifié le plumitif de la jeune femme et on y apprend qu’en effet, Noémie Lavoie n’a fait l’objet que d’une seule accusation, soit celle de complicité après les faits. Elle a également purgé une peine de 105 jours de façon préventive et le juge a prononcé un sursis de peine, c’est-à-dire qu’elle n’a pas eu à purger de peine, accompagné d’une probation de trois ans. Le procès avait eu lieu en 2016.

Kathy Guay est consciente que Noémie « brassait pas mal ». Mais la mère, qui tente de faire le deuil de sa fille, refuse que de fausses informations soient véhiculées à son endroit. D’ailleurs, l’implication de Noémie Lavoie dans cette sordide histoire d’agression a été republiée dernièrement, ce qui est venu assombrir le quotidien de la mère endeuillée, plusieurs mois après le drame. Elle a en effet été insultée à quelques reprises, notamment dans un commerce, alors qu’une femme lui a dit que sa fille « n’était pas son amie, puisqu’elle se respectait beaucoup trop pour ça ». Une autre personne a dit à la mère que ce qui était arrivé à sa fille était « une bonne chose ».

« Je n’en peux plus que la mémoire et la réputation de Noémie soient ainsi entachées. C’est vraiment difficile pour nous. Nous devons faire le deuil de Noémie et maintenant, on se fait insulter pour une histoire à laquelle Noémie n’a pas participé. Les gens ont le jugement facile et ils peuvent être méchants. Je comprends que ma fille a un passé qui n’a pas toujours été rose, mais ce n’est pas une raison pour qu’on subisse des insultes de cette façon. C’est vraiment destructeur pour les parents », a affirmé Kathy Guay, lors d’une entrevue accordée au Quotidien.

Ali Mahamat Mahadi a été accusé du meurtre non prémédité de Noémie Lavoie le jour même de la macabre découverte. Il lui aurait tranché la gorge à la suite d’une violente dispute.

La jeune femme devait revenir s’installer au Saguenay au moment de sa mort.

Ali Mahamat Mahadi n’a toujours pas subi son procès.