Sur place, les pompiers ont rapidement maîtrisé les flammes. Les dommages s'élèveraient toutefois à près de 5000$.

La Maison Kent victime d'un incendie criminel

Le Service police de la Ville de Québec (SPVQ) a procédé samedi dernier à l'arrestation d'un homme de 28 ans soupçonné d'avoir démarré un incendie à la Maison Kent, située sur la rue Saint-Louis dans le Vieux-Québec.

Le 2 juin, peu avant 7h, les policiers reçoivent un appel d'assistance du Service de protection contre l'incendie (SPIQ) pour une intervention de maîtrise du feu sur la Maison Kent.

L'incendie en question concernait un feu de débris à l'extérieur du bâtiment, confirme la porte-parole auprès des médias du SPVQ, Mélissa Cliche. Le risque de propagation était bel et bien présent, ajoute-t-elle. 

Sur place, les pompiers ont rapidement maîtrisé les flammes. Les dommages s'élèveraient toutefois à près de 5000$. 

Thèse criminelle

Peu après la déclaration de l'aggravation de l'incendie comme non-probable, l'enquête effectuée sur les lieux — en collaboration avec le Commissariat aux incendies — a démontré que l'incendie était d'origine criminelle.

L'Unité d'identification judiciaire des policiers de Québec a alors immédiatement procédé à une expertise de la scène, tel que le dicte le protocole.

Quelques dizaines de minutes plus tard, les enquêteurs en crime majeur ont reçu une information pertinente qui leur a permis d'identifier le suspect, un homme âgé de 28 ans.

Celui-ci a été arrêté en fin d'avant-midi par les patrouilleurs. Une rencontre ultérieure avec les enquêteurs a même permis de relier l'incident à un second crime par le feu, survenu le 14 avril dernier dans le quartier de Saint-Roch. 

L'homme en question comparaîtra ce lundi au Palais de justice de Québec. Il fait face à des accusations d'incendie criminel, de vol et de possession de stupéfiants.