Le commissaire aux langues officielles Graham Fraser insiste sur l'importance d'améliorer les capacités bilingues des juges, une faiblesse qu'il note dans plusieurs provinces et territoires.

La justice moins accessible aux francophones du Canada

Il reste encore beaucoup de travail à faire pour que tous les citoyens aient le même accès à la justice devant les tribunaux canadiens, peu importe s'ils sont francophones ou anglophones.
Pour son tout dernier rapport annuel, le commissaire aux langues officielles Graham Fraser insiste sur l'importance d'améliorer les capacités bilingues des juges, une faiblesse qu'il note dans plusieurs provinces et territoires.
M. Fraser déplore que les avocats doivent souvent informer leurs clients qu'un recours judiciaire sera «plus long et coûteux» s'il exige d'être fait dans sa langue officielle minoritaire. Il exhorte le gouvernement à se pencher sur le dossier a plus vite.
Graham Fraser tire sa révérence
Après 10 ans de service, M. Fraser tire sa révérence. Dans une lettre qu'il adresse à son successeur et qu'il joint au rapport, il explique que son travail ressemble à celui de gravir un escalier à contresens: «l'immobilisme entraîne le recul», note-t-il.
Pour l'année 2015-2016, le commissaire a traité 725 plaintes, soit 175 de plus que l'an dernier. Les problèmes touchent surtout les francophones, qui ont enregistré pas moins de 86 pour cent des plaintes.