Le militant altermondialiste Jaggi Singh a affirmé mercredi qu'un «climat de racisme» planait sur Québec. 

La demande de transfert de Jaggi Singh, «un show de boucane», juge Me Beaudry

L'avocat criminaliste Rénald Beaudry considère que Jaggi Singh s'est livré à «un show de boucane» en cour municipale mercredi, en demandant d'être jugé à l'extérieur de Québec.
L'ancien bâtonnier du Québec est catégorique : les demandes de transfert ne sont possibles que si l'accusation est assez grave pour mener à un procès devant jury. Des accusés peuvent alors demander un procès hors d'une certaine ville afin de s'assurer de trouver des jurés impartiaux.
Or, M. Singh est accusé de délits relativement mineurs en cour municipale et son procès sera tenu devant un juge seul. «Il ne peut pas faire cette demande-là d'être transféré. C'est un show de boucane», croit Me Beaudry. 
Des procès ont déjà déménagé par le passé, à la demande de l'accusé. En 2009, le procès de Francis Proulx pour le meurtre de Nancy Michaud (l'ancienne attachée politique de Claude Béchard) s'est tenu à Québec au lieu de Rivière-du-Loup. En 2004, le procès de Robert Gillet dans le dossier de la prostitution juvénile s'est tenu à Montréal plutôt qu'à Québec. Mais dans ces deux cas fort médiatisés, un jury devait être formé. 
Me Beaudry ne croit pas non plus que M. Singh aura gain de cause avec son autre requête. L'accusé demande à ce qu'un vérificateur externe confirme qu'il n'existe aucun lien, présent ou passé, entre les policiers ou les employés de la Ville de Québec et des groupes d'extrême droite. M. Singh craint que son adresse personnelle ne soit fournie à ses détracteurs, et soutient qu'il doit «se protéger». 
«Qu'il l'engage son vérificateur indépendant! C'est pas au système à faire une enquête là-dessus», indique Me Beaudry, qui juge cette requête «exagérée». Comme avocat de la défense, il lui est déjà arrivé d'engager des détectives privés pour faire des vérifications, mais celles-ci ont toujours été à la charge du défendeur. 
«Climat de racisme»
Accusé d'entrave au travail des policiers et de supposition de personne lors de la contre-manifestation antiraciste qui s'est tenue à Québec le 20 août, Jaggi Singh a été arrêté quelques jours plus tard à Montréal. 
M. Singh, qui est Indo-Canadien, souhaite maintenant être jugé ailleurs qu'à Québec. Le militant qui se défend seul considère qu'il ne peut avoir accès à «un procès juste et équitable» dans la capitale étant donné le «climat de racisme» qui règne. 
Ses requêtes seront analysées lors de son retour à la cour municipale de Sainte-Foy, le 30 novembre, devant la juge Sabrina Grand.