Le palais de justice de Québec

La Couronne veut faire déclarer un braqueur récidiviste délinquant dangereux

Eddy Barrette, un braqueur de banques qui a écopé de peines totalisant 23 ans et demi de prison sur une période de 23 ans, pourrait se voir imposer une peine de pénitencier d'une durée indéterminée. La Couronne a en effet demandé que l'homme de 59 ans subisse des examens afin de le déclarer délinquant dangereux ou délinquant à contrôler.
Il faut dire que Barrette, qui a plaidé coupable vendredi d'avoir commis trois vols qualifiés en 36 jours dans des institutions financières de la ville de Québec en mai et juin 2016, a une «feuille de route» bien garnie en matière criminelle.
L'homme fréquente régulièrement les tribunaux depuis l'âge de 21 ans et il a écopé d'une peine d'emprisonnement de six ans en 1994, de trois ans de prison en 1995, de six ans et demi de prison en 2001 et de huit ans derrière les barreaux en 2007, toujours pour des braquages de banques ou de caisses populaires. Plusieurs de ses crimes ont été commis alors qu'il était en libération conditionnelle.
Au total, il compte 16 antécédents criminels de vol qualifié. Il a aussi déjà été trouvé coupable de recel à huit reprises, de vol simple à trois reprises, d'introduction par effraction à trois reprises et de trafic de stupéfiants à quatre reprises.
Pour ces raisons, la Couronne a demandé une évaluation afin de faire déclarer Barrette délinquant dangereux, ce qui lui vaudrait une peine de pénitencier à durée indéterminée, ou délinquant à contrôler, ce qui signifierait, en plus d'une sentence minimale de deux ans à l'ombre, qu'il doive aussi demeurer sous surveillance pour une période de dix ans à partir de sa sortie de prison.
Les trois vols qu'il a commis l'an dernier, à la banque CIBC de la Haute-Ville et aux caisses populaires Desjardins des rues Bourlamaque et Marie-de-l'Incarnation, ont respectivement rapporté à Barrette 2030 $, 1000 $ et 1750 $.
À chaque occasion, il se présentait vêtu d'un manteau noir, d'une tuque, de gants de cuir, de lunettes fumées et d'un cache-cou qui lui camouflait une partie du visage et il simulait une arme à feu en demandant à une employée de lui remettre le contenu des tiroirs-caisses.
Barrette a entre autres été retracé grâce à des billets de banque tachés qui lui avaient été remis lors de son premier larcin et qui contenaient un explosif et de la poudre rouge, plus communément appelé «paquet voleur». Les billets tachés ont été retrouvés dans un guichet automatique et des policiers ont reconnu Barrette sur la bande vidéo. Une enquête s'est alors enclenchée et le récidiviste a été appréhendé quelques heures après son dernier larcin. Il reviendra devant la cour le 12 octobre.