Bryan Demers-Thibeault

La Couronne réclame un second procès pour Bryan Demers-Thibeault

La Couronne interjette appel du verdict d'acquittement prononcé en faveur de Bryan Demers-Thibeault et réclame un second procès pour le meurtre au premier degré d'un homme de Drummondville.
Après presque une semaine de délibérations, les 12 jurés avaient déclaré Demers-Thibeault, 31 ans, non coupable du meurtre de Stéphane Cormier. L'individu, qui achetait des stupéfiants à Demers-Thibeault, est porté disparu depuis le printemps 2011.
Dans son avis d'appel déposé vendredi, le ministère public invoque une vingtaine de questions de droit qui, selon lui, justifient l'ordonnance de nouveau procès.
Selon la Couronne, la juge Manon Lavoie de la Cour supérieure a commis une erreur en s'abstenant de corriger auprès du jury plusieurs éléments inadmissibles dans la plaidoirie de l'avocat de défense. Ces éléments ont pu influencer le jury lors de ses délibérations, croit la Couronne.
L'avocat de Bryan Demers-Thibeault, Me Sébastien St-Laurent, a notamment suggéré que la victime était partie prenante à la demande de rançon et à son enlèvement. «Cet élément de fait n'est nullement conforme à la preuve présentée», soutient la Couronne.
Directives confondantes
Le ministère public estime aussi que la juge «a livré au jury une série de directives confondantes et sans fondement en droit ou dans la preuve».
Par exemple, dit la Couronne, la juge a qualifié les agents d'infiltration qui avaient reçu les aveux de Demers-Thibeault de «coaccusés», «ce qu'ils n'étaient évidemment pas».
Le ministère public reproche aussi à la juge d'avoir relayé au jury l'hypothèse de la défense voulant que Demers-Thibeault avait fait des verbalisations incriminantes par simple «désir de se valoriser».
Bryan Demers-Thibeault purge une peine de prison à perpétuité pour le meurtre au second degré de son co-chambreur Robert Lepage. Ce meurtre a été commis en 2014 dans Limoilou.