Jonathan Falardeau-Laroche se rappelle des bribes de l’accident, avant de perdre la carte et de se réveiller seulement quelques secondes plus tard, au niveau de la rue Germain-des-Prés, après avoir frappé deux véhicules.

Jonathan Falardeau-Laroche au volant malgré des symptômes [VIDÉO]

Jonathan Falardeau-Laroche a admis aux policiers qu’il avait continué à conduire, durant les semaines précédant l’accident mortel devant le CHUL, même s’il ressentait plusieurs symptômes inquiétants.

L’interrogatoire policier de Jonathan Falardeau-Laroche, alors âgé de 22 ans, a lieu le 13 octobre 2016, un peu plus de deux mois après la collision qui a coûté la vie à Marie-Pier Gagné.

Le jeune homme explique à l’enquêteur Louis Lachance du Service de police de la Ville de Québec qu’à l’été 2016, il avait plusieurs symptômes, qu’il associe à un changement de sa médication pour l’épilepsie. 

Il a malgré tout continué à conduire pour aller travailler à Lévis et aussi pour déplacer des véhicules au garage où il travaillait.

«Oui, je conduisais, mais je prenais la voiture le moins possible, explique le jeune homme. J’avais juste hâte de voir le docteur.»

Selon la preuve de la poursuite, juste avant l’accident, Jonathan Falardeau-Laroche aurait répondu à son neurologue qu’il ne conduisait pas, sauf dans la cour du garage. 

Mais en interrogatoire avec la police, le jeune homme affirme que le neurologue DMichel Sylvain n’a tout simplement «rien dit» à propos de la conduite automobile.

«C’est moi qui lui ai demandé si je pouvais encore conduire, évoque Falardeau-Laroche. Il m’a dit qu’il n’y avait pas de problème.»


« Oui, je conduisais, mais je prenais la voiture le moins possible. J’avais juste hâte de voir le docteur »
Jonathan Falardeau-Laroche, lors de son interrogatoire

Deux mois après la terrible collision, Jonathan Falardeau-Laroche affirme qu’il se sent «bien». «J’ai pleuré beaucoup au début, mais là, j’ai passé à autre chose», résume-t-il, avec le ton timide qu’il gardera tout au long des six heures d’interrogatoire.

Jonathan Falardeau-Laroche révélera à l’enquêteur qu’il a des problèmes de consommation d’alcool depuis l’âge de 17 ans. Il a aussi fumé de la marijuana ce qui, selon lui, a accentué ses crises d’épilepsie.

Perdre la carte

Jonathan Falardeau-Laroche se rappelle des bribes de l’accident. Il se revoit sortir du stationnement du CHUL, voir le feu de circulation au vert, tourner sur le boulevard Laurier. Puis, il perd la carte et se réveillera seulement quelques secondes plus tard, au niveau de la rue Germain-des-Prés, après avoir frappé deux véhicules.

L’enquêteur Louis Lachance explique au jeune homme que, selon toute vraisemblance, son pied s’est écrasé sur l’accélérateur lorsqu’il a eu une absence due à son épilepsie. Sa Rio a filé jusqu’à 91 km/h sur le boulevard Laurier avant l’impact final.

Le jeune homme affirme n’avoir aucun souvenir d’avoir frappé Marie-Pier Gagné sur la traverse piétonnière.

Le juge Pierre-L. Rousseau terminera mercredi d’écouter l’interrogatoire policier. La Couronne devrait conclure sa preuve d’ici peu. Jonathan Falardeau-Laroche aura alors le loisir de se faire entendre en défense.