Les policiers avaient saisi une clé USB et l'ordinateur de l'adolescent qui avait 16 ans au moment de la commission des crimes.

Jeune délinquant sexuel dénoncé par Skype

Dénoncé par les responsables de l'application en ligne Skype, un adolescent de 17 ans a plaidé coupable à deux accusations liées à la pornographie juvénile mercredi.
Comparaissant devant la juge Judith Landry du tribunal de la jeunesse, celui qui avait seulement 16 ans au moment de la commission des crimes a plaidé coupable à une accusation d'avoir accédé à de la pornographie juvénile et à une autre d'avoir été en possession de pornographie juvénile entre avril 2016 et le 18 janvier 2017.
«Ça a toujours été mon but de reconnaître ma culpabilité», a déclaré avec conviction le jeune homme. Celui-ci avait bien collaboré avec la police depuis son arrestation, qui a été relatée par le procureur de la Couronne, Me Christian Trudel.
«Les policiers ont reçu une information de ceux qui opèrent le site Skype à l'effet que des fichiers de pornographie juvénile avaient été détectés dans une communication. Il y avait des drapeaux rouges qui identifiaient des fichiers déjà connus», a expliqué l'avocat.
Sur une clé USB
Les policiers ont ensuite trouvé le fournisseur de services Internet et l'adresse IP du jeune homme et se sont rendus chez lui pour y faire une perquisition tôt le matin. «L'accusé a dit presque immédiatement que c'était lui l'auteur et il a remis lui-même une clé USB aux policiers en disant que tout était là», a poursuivi Me Trudel, indiquant que les enquêteurs avaient également saisi l'ordinateur de l'adolescent.
Les policiers y ont trouvé 186 fichiers graphiques et 21 fichiers animés qui constituaient de la pornographie juvénile. 
Dans un dossier complètement différent, le jeune homme a aussi avoué sa culpabilité à des accusations de vol de vélo et de complot pour recel puisqu'il avait, avec deux complices, tenté de revendre une bicyclette volée sur le site d'annonces classées en ligne Kijiji. Dans ce cas, c'est la victime du vol qui avait trouvé le vélo sur Kijiji et avait averti les policiers.
Me Trudel a également signifié à la juge Landry que l'adolescent avait des antécédents «en matière de comportement sexuel» remontant à il y a deux ans et qu'un rapport sexologique avait été rédigé à l'époque. La juge a ainsi demandé que le jeune homme soit suivi en pédopsychiatrie et qu'un rapport prédécisionnel soit confectionné avant l'audience de détermination de sa peine, qui aura lieu le 1er mai.