Introduction par effraction à la GRC: une évaluation psychiatrique pour l'accusé

Un jeune homme qui aurait tenté mardi de s'introduire par effraction au quartier général québécois de la police fédérale, sur l'île de Montréal, devra subir une évaluation psychiatrique d'un mois.
Le tribunal a accepté jeudi le transfert de Sidy Mouhamoud Keita dans un hôpital psychiatrique montréalais, où un spécialiste déterminera si l'accusé peut être tenu criminellement responsable de ses actes.
L'avocate de M. Keita a soutenu que son client avait déjà été arrêté plus tôt cette année dans un autre territoire judiciaire, et qu'on lui avait alors ordonné de consulter un médecin pour des problèmes de santé mentale.
Me Vanessa Sadler a aussi indiqué que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) avait déjà rencontré la mère de M. Keita, qui a confirmé que la santé mentale du jeune homme de 19 ans inquiète ses proches.
L'affaire reviendra devant le tribunal dans un mois, le 29 avril.
M. Keita avait été arrêté mardi alors qu'il aurait tenté de sauter une clôture du quartier général de la GRC à Westmount.
Il fait face à trois chefs d'accusation: préconiser ou fomenter la perpétration d'infractions de terrorisme, introduction par effraction et harcèlement criminel.