Intervention policière pour un pistolet à air dans une école 

Depuis la tuerie de la Grande Mosquée, la police de Québec ne badine pas avec les armes à feu ou tout ce qui pourrait ressembler à une arme à feu. Trois élèves de l'école secondaire La Camaradière l'ont appris mardi midi alors qu'ils s'amusaient avec un pistolet à air comprimé dans un boisé voisin.
«Nous avons reçu vers 12h40 un appel de quelqu'un qui avait vu des jeunes avec quelque chose qui ressemblait à une arme à feu et qui la pointaient dans toutes sortes de direction», explique Cindy Paré, porte-parole de la police de Québec.
Une fois sur place, les patrouilleurs ont trouvé les trois jeunes, dont un avait entre ses mains un pistolet à air comprimé. Les trois adolescents ont ensuite été relâchés et confiés à la direction de l'école.
«Il y a eu plus de peur que de mal. Il ne s'agissait pas d'une arme à feu et aucune menace n'a été proférée, ni envers l'école, ni envers son personnel, ni envers d'autres élèves. L'arme n'a pas non plus été pointée en direction de l'école», précise Mme Paré, indiquant que les jeunes s'amusaient vraisemblablement avec le pistolet.
Malgré cela, le pistolet a été saisi et le dossier transmis aux enquêteurs jeunesse afin de déterminer s'il n'y aurait pas lieu de porter des accusations criminelles contre les adolescents.