L’incendie s’est déclaré vers 2h45 dans un immeuble du chemin Métivier, à Saint-Damien.

Incendie à Saint-Damien-de-Buckland: un mort et des locataires qui ont tout perdu

Un homme est mort dans un incendie qui a ravagé un immeuble de six logements très tôt samedi, à Saint-Damien-de-Buckland dans Bellechasse. «On est allés dans une auto pour klaxonner et essayer de le réveiller, mais il n’est jamais sorti», raconte un des locataires.

Ce sont des bruits de crépitement qui ont réveillé une première fois William Gagnon, un peu avant 3h du matin.

«J’ai aussi entendu un déversement d’eau, comme si quelqu’un essayait d’éteindre le feu. Au début, je pensais que c’était un de mes aquariums, mais ça venait d’en haut», se souvient-il, encore un peu sous le choc.

M. Gagnon est sorti du lit pour vérifier dans le salon : rien à signaler.

«Je suis allé me recoucher et deux minutes plus tard on entendait l’alarme et des gens qui criaient. La fumée est entrée partout et on avait de la misère à respirer. J’ai juste eu le temps de mettre mes souliers et de pogner mon manteau, on manquait déjà d’air.»

Les sept locataires se sont retrouvés dehors. Un homme, le gars du premier étage, manquait à l’appel. «Moi et ma blonde, on a essayé du mieux qu’on pouvait pour le réveiller. On ne sait pas ce qui est arrivé. Il avait un balcon aussi, il aurait pu sortir par là. C’est quand même mystérieux.»

La victime est Simon Richard, il avait 31 ans et était originaire de saint-Damien.

«Tout y a passé»

L’incendie s’est déclaré vers 2h45 dans l’immeuble qui est situé sur le chemin Métivier. Les services incendie de cinq municipalités voisines sont intervenus sur les lieux pour prêter main-forte et éteindre les flammes, ils étaient une quarantaine de pompiers. 

«Quand on est arrivés, il y avait beaucoup de fumée et beaucoup de chaleur dans le bâtiment, ce qui a rendu les recherches difficiles. On n’a pas trouvé la victime immédiatement, elle était dans un endroit dur à atteindre et cachée par des débris. En commençant les opérations d’extinction, c’est là qu’on l’a trouvée», explique le directeur du Service incendie de Saint-Damien, Pierre Dubeau. 

Son décès a été constaté sur place. 

Le bâtiment est une perte totale. Le feu a pris naissance dans le logement de la victime. On ne sait pas encore ce qui a pu causer l’incendie, les enquêteurs sont restés sur les lieux jusqu’en soirée samedi afin de comprendre toutes les circonstances qui ont mené au décès de l’homme.

 «On a été obligé de faire venir une pelle mécanique et démolir une partie des murs pour compléter l’extinction, la structure du bâtiment était trop atteinte à l’intérieur», ajoute M. Dubeau. 

«C’est terrible en ce moment», confie M. Gagnon. 

Joint par téléphone par Le Soleil, il magasinait un nouveau cellulaire et quelques éléments essentiels avec son père.

«Tout y a passé, ce n’est pas évident. La Croix-Rouge nous a aidés, elle nous a logés dans une chambre d’hôtel et nous a donné les effets personnels de base.»

 Au-delà des biens matériels, de sa télé ou de son cellulaire, M. Gagnon a perdu des papiers importants. Sa femme est originaire d’Italie, depuis des mois ils sont dans le processus pour obtenir sa résidence permanente. 

 «Ça nous avait pris des mois à avoir tous les documents, son passeport était là aussi, tout. Elle avait une extension de visa pour finaliser les démarches. On ne sait pas ce qui va se passer, mais elle va sûrement devoir retourner en Italie et on va recommencer le processus, ça peut prendre encore des mois. C’est vraiment le pire moment», exprime-t-il.

Bien entourés

M. Gagnon et sa femme sont bien entourés malgré tout, ils ne sont pas seuls pour traverser cette épreuve. Le maire de Saint-Damien, Sébastien Bourget, a même offert son support aux locataires. Il est venu les rencontrer pour offrir son aide.

«On était installés là depuis juin passé, on ne connaissait pas beaucoup de gens, mais on s’est vite rendu compte que c’était du bon monde à Saint-Damien», reconnaît M. Gagnon.

Oui, à Saint-Damien les gens sont du «bon monde», insiste le maire.

«Pour une communauté comme la nôtre, c’est quelque chose d’extraordinaire. Avec un décès, c’est encore plus terrible. Ces gens-là ont tout perdu, c’est juste normal de leur offrir notre aide. Ça démontre toute la force des gens de Saint-Damien quand on se met ensemble, 2000 personnes tissées bien serrées, dans des événements comme ça, on le voit encore plus», réagit M. Bourget.

Le maire et son équipe mettront à la disposition des locataires plusieurs vêtements et un logement, le temps qu’ils remontent la pente.

Samedi, les pompiers aidaient à détruire ce qu’il restait de l’immeuble. William Gagnon et sa femme espèrent qu’ils pourront par miracle récupérer certaines choses dans tout le désordre.

Les pompiers ont retrouvé le corps inanimé d’un homme d’une trentaine d’années, son décès a été constaté sur place.