Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a reçu dernièrement «plusieurs» plaintes de tentatives d’extorsion en lien avec des images ou des vidéos à caractère sexuel enregistrées à l’insu des victimes.  
Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a reçu dernièrement «plusieurs» plaintes de tentatives d’extorsion en lien avec des images ou des vidéos à caractère sexuel enregistrées à l’insu des victimes.  

Images à caractère sexuel: tentatives de «sextorsion» à Lévis, met en garde la police

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Des mineurs ou de jeunes adultes se font approcher sur Instagram ou Snapchat par une femme qui leur demande de l’argent sous menace de publier des images à caractère sexuel filmées à leur insu. La police de Lévis met en garde contre la vague de «sextorsion» sur le territoire.

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a reçu au cours des deux dernières semaines, au moins cinq plaintes de tentatives d’extorsion en lien avec des images ou des vidéos à caractère sexuel enregistrées sans le consentement des victimes, mentionne le porte-parole Maxime Pelletier.

Des garçons d’âge mineur ou jeunes adultes se font aborder sur les réseaux sociaux Instagram et Snapchat par une «jeune femme» camouflée sous les adresses courriel lenaageron21@gmail.com ou lena.ageron7@gmail.com. 

Elle les invite ensuite à une discussion sur l’application Hangouts, une plateforme de messagerie instantanée et de vidéoconférence. Elle les incite alors à se dévêtir en les filmant. 

Puis, «elle les menace de publier les images de la victime à ses contacts s’ils ne transfèrent pas de l’argent», explique le SPVL. 

Comptes «privés»

Une enquête a été ouverte relativement à ces plaintes successives. D'autres victimes de cette même personne auraient aussi été rapportées ailleurs au Québec. 

La police de Lévis recommande pour éviter de se retrouver dans une telle situation de «mettre vos comptes ‘’privés’’ de sorte qu’il sera difficile pour les fraudeurs d’entrer en contact avec vous». 

Rappelant aux utilisateurs de ne pas divulguer d’informations personnelles sur le web ou via des applications, le SPVL invite à cesser la communication avec les malfaiteurs, ne pas envoyer d’argent et contacter la police si un stratagème semblable survient. 

«Dans tous types de fraudes par l’entremise d’Internet et des réseaux sociaux, lorsque la situation a l’air trop belle pour être vraie, elle cache vraisemblablement quelque chose de suspect», écrit le Service de police.