Melvin Pan, de Vancouver, s'est aperçu que l'équivalent de 15 % avait été ajouté en frais de service sans son consentement.

Illégal, le pourboire sur la facture

L'Association des restaurateurs du Québec (ARQ) rappelle qu'il est illégal d'ajouter des frais de service sans l'accord préalable du client, quel qu'il soit, après qu'un touriste se soit plaint qu'un pourboire de 15 % ait été ajouté au total de sa facture dans un restaurant du Vieux-Québec en raison de ses traits asiatiques.
«Ce n'est pas une pratique qui est commune ni qui est recommandée. En vertu de la loi, c'est illégal», a affirmé d'entrée de jeu le conseiller en communication de l'ARQ Martin Vézina. La Loi sur la protection du consommateur exige en effet que le prix affiché par le commerçant soit le prix payé par le client.
Melvin Pan, un Vancouvérois de 23 ans, était de passage à Québec le 15 août. Ce dernier prétend avoir eu une bien mauvaise surprise lorsqu'il a reçu sa facture après un repas au restaurant Aux Anciens Canadiens, situé sur la rue Saint-Louis.
Selon sa version des faits, il s'est aperçu que l'équivalent de 15 % avait été ajouté en frais de service sans son consentement. En réaction à sa plainte, on lui aurait expliqué que la pratique était courante Aux Anciens Canadiens pour les touristes asiatiques.
Or, M. Pan est né au Canada et le jeune homme s'est senti étranger dans son propre pays, a-t-il dénoncé. Il a donc raconté sa mésaventure sur le populaire site Internet Reddit, en évoquant une forme de «racisme à Québec» et en a rajouté en entrevue dans une radio de Vancouver.
Joint par Le Soleil, Melvin Pan a affirmé que la situation avait assombri son séjour dans la capitale, d'autant plus qu'il n'y restait que deux jours dans le cadre d'un tour du Canada avec sa copine. «J'ai mis beaucoup d'efforts dans ce voyage», a-t-il affirmé, déçu, déplorant avoir eu à se faire justice devant les autres clients attablés au restaurant.  
Il a souligné qu'il aurait formulé la même plainte s'il avait été dans une autre ville et qu'il aurait été tout aussi estomaqué. «J'ai voyagé à plusieurs endroits [au Canada] et c'est la première fois que ça m'arrive.»
M. Pan était bien heureux que son histoire soit entendue à Québec. Il espère qu'une telle discrimination ne se reproduira plus et invite les restaurateurs à «parler un peu avec leurs clients», tâter le pouls avant d'ajouter arbitrairement du pourboire en se basant uniquement sur les apparences.
L'accusation de racisme rejetée
Serge Duval, directeur du restaurant Aux Anciens Canadiens, a balayé la théorie de la discrimination et a affirmé ne pas être le seul restaurant du Vieux-Québec où les serveurs invitent les touristes à laisser un pourboire. «On explique aux clients et on leur offre de l'inclure», a-t-il commenté brièvement.
Il assure de son côté que M. Pan avait été informé par trois fois qu'un 15 % allait être ajouté à sa facture. «C'est un mensonge», a rétorqué le client mécontent au Soleil, précisant qu'il avait eu «un bon service» et qu'il aurait même laissé «entre 18 et 20 %» si on l'avait laissé décider.
L'ARQ ne croit pas qu'il s'agisse d'une action ciblée vers une «catégorie» de clientèle, mais elle reconnaît que des touristes en provenance d'Asie ou d'Europe ont moins tendance à laisser un pourboire, ce qui peut causer des frustrations chez les serveurs. Elle fait savoir que ces derniers peuvent rappeler les normes en vigueur au Québec.
L'ARQ indique qu'il existe des moyens pour les restaurateurs d'inviter les clients, surtout les touristes asiatiques et européens peu familiers avec les normes d'ici, à donner un pourboire. Une note dans le menu ou des exemples de montant sur les factures sont des façons tout à fait légales, précise M. Vézina. Un serveur peut même ajouter le pourboire à une facture, s'il s'est entendu préalablement avec le client du taux à appliquer.