Brandon Blackmore et Gail Blackmore ont été reconnu coupable en février d'avoir emmené un enfant de moins de 16 ans hors du Canada à des fins sexuelles.

Huit ans de prison pour deux trafiquantes d'héroïne

Véritable femme d'affaires du monde interlope, Annik Roger a écopé mardi d'une peine de huit ans et demi de pénitencier pour avoir vendu une grande quantité d'héroïne à Québec. Sa responsable des approvisionnements, Moira Tremblay, est condamnée à une peine similaire.
L'air placide, la voix traînante, Annik Roger, 35 ans, n'a rien pour attirer l'attention. Mais les enquêteurs de la police de Québec ont découvert qu'à jeun, la consommatrice d'héroïne était une redoutable femme d'affaires, qui a réussi là où plusieurs avaient échoué avant elle.
Entre l'automne 2013 et le printemps 2014, la preuve du projet Garrocher révèle qu'Annik Roger a acquis 450 grammes d'héroïne, une quantité suffisante pour vendre environ 5000 doses à des consommateurs. Drogue normalement réservée à une clientèle en moyens, l'héroïne était devenue presque courante sur la rue à cette période, ce qui a attiré l'attention des policiers.
Annik Roger s'est bâti une cellule de vente et achetait les stupéfiants chez Moira Tremblay, à Montréal. Cette dernière connaît bien la route d'approvisionnement puisqu'elle a déjà été la conjointe de Michael Kandilierakis, un Montréalais d'origine grecque accusé d'être le fournisseur du réseau.
«La patronne» de l'héroïne
Roger, que ses vendeurs appelaient «la patronne», allait chercher l'héroïne et l'insérait dans ses cavités corporelles pour la ramener discrètement à la maison. Comme d'autres membres du réseau, Annik Roger a aussi utilisé les services ExpédiBus pour faire transiter la drogue dans des colis entre Montréal et Québec.
Après avoir tenté d'infiltrer le réseau et mis ses joueurs sous écoute électronique, les policiers de Québec ont réussi à prélever une partie de la cargaison des fameux colis pour prouver la présence d'héroïne.
Soulignant la dépendance exceptionnellement rapide créée chez les accros à l'héroïne, le juge Jean-Louis Lemay a accepté la suggestion commune des parties et a imposé des peines de huit ans et demi de pénitencier à Annik Roger et Moira Tremblay après avoir entériné les réponsesà l'accusation.
L'actuel conjoint de Tremblay, Yan Beaulne, a aussi plaidé coupable et a écopé d'une peine de quatre ans pour sa participation au trafic. 
Au total, 13 personnes, toutes des consommateurs-vendeurs d'héroïne, ont été arrêtées dans le cadre de l'opération Garrocher. Douze d'entre elles ont plaidé coupables à des accusations de complot et de trafic, et ont écopé de peines variant de trois à huit ans et demi de pénitencier. Seul Michael Kandilierakis n'a pas réglé son dossier.