Mélissa Webb, 25 ans, a été accusée du meurtre non prémédité de David Frigon.

Homme poignardé dans Saint-Sauveur: accusée de meurtre non prémédité

Une jeune femme avec des problèmes de consommation, Mélissa Webb, 25 ans, a été accusée du meurtre non prémédité de David Frigon, poignardé à mort dans un logement de la rue Napoléon dans le quartier Saint-Sauveur.

L’air nonchalant, échappant quelques baîllements, Mélissa Webb a brièvement comparu vendredi après-midi devant le juge Christian Boulet. Elle a écouté les procédures d’une oreille inattentive tout en souriant à des gens qu’elle connaissait, assis dans la salle.

À l’autre bout de la salle d’audience, de nombreux membres de la famille de la victime s’étaient déplacés au palais de justice.

Mélissa Webb a été arrêtée jeudi vers 18h30 sur la rue Saint-Paul à Québec. La jeune femme sans antécédent judiciaire, qui vit à Beauport, faisait l’objet d’un mandat d’arrestation pour son implication présumée dans le décès de la victime.

David Frigon, 42 ans, été retrouvé inanimé dans un logement de la rue Napoléon — qui n’était pas son propre domicile — le soir du 30 septembre. Son corps portait plusieurs marques de violence. Son décès a été constaté au centre hospitalier.

Webb et Frigon n’avaient aucun lien formel entre eux. Ils avaient tous deux des problèmes de consommation de drogue.

Mélissa Webb et un autre individu ont été rencontrés par les enquêteurs des crimes graves de la police de Québec tout de suite après la mort violente de David Frigon. Ils ont été relâchés par la suite.

La procureure de la Couronne Me Geneviève Baril n’a pas voulu indiquer vendredi si l’arrestation de la jeune femme serait la seule dans le dossier du meurtre de la rue Napoléon. 

L’avocate de la défense Me Adèle Juster a demandé à ce que la cour recommande que sa cliente puisse aller à l’infirmerie de la prison pour recevoir des soins.

La preuve a été transmise à la défense et le dossier a été reporté à la mi-novembre. Si Mélissa Webb veut demander une mise en liberté durant les procédures, elle devra s’adresser à la Cour supérieure. Avec Judith Desmeules