Grue renversée: le chantier déjà visé par une plainte

La FTQ-construction s'était plainte la semaine dernière que la grue qui s'est renversée lundi dans Saint-Sauveur n'était pas opérée par un travailleur qualifié.
Une plainte formelle a été faite à la Commission de la construction du Québec (CCQ) mardi dernier, s'est indigné hier au Soleil Yves Ouellet, de la FTQ-construction. Il s'explique mal que cela n'ait pas mené à une correction de la situation.
«On parle de quelqu'un qui lève des matériaux sur un chantier où il y a des travailleurs, a déclaré M. Ouellet. C'est dangereux pour lui et pour tout le monde autour. Qu'on fasse une plainte à la CCQ et que personne ne se bouge le derrière, j'ai un méchant problème avec ça. C'est une vraie chance que personne n'ait été tué.»
La grue de type Merlo s'est renversée sur le chantier de 79 logements qui se construit sur le site de l'ancienne église Saint-Joseph - «l'église des Plouffe» -, au pied de la côte de la Pente-Douce. Le projet Les Appartements Saint-Joseph est celui du promoteur GParadis. Personne n'a été blessé. 
Un grutier professionnel aurait dû être aux commandes de la machine pour empêcher qu'elle ne soit débalancée par les charges soulevées, insiste M. Ouellet. Le directeur général de la FTQ-construction croit que la grue a été confiée à une personne qui n'avait pas les compétences par souci d'économie. Il dit avoir l'impression que l'impératif de profitabilité prend le dessus sur la sécurité de la main-d'oeuvre sur les chantiers. 
À la CCQ, le porte-parole Pascal Gingras confirme qu'une plainte a été reçue le 10 janvier et assure qu'un processus de vérification a été mis en branle. Il ne peut aborder le cas précis du chantier en raison de la possibilité d'une judiciarisation du dossier. Mais, règle générale, le processus comprend une vérification du chantier par un inspecteur, explique le porte-parole.
Selon nos informations, un inspecteur de la CCQ aurait effectivement été vu sur les lieux le jour même où la plainte a été déposée.