L'ex-chef de police de Wendake, Éric Gros-Louis, est accusé d'avoir fraudé la nation huronne-wendat de 7000 $.

Gros-Louis sans avocat à deux mois de son procès

L'ex-chef de police de Wendake Éric Gros-Louis se retrouve désormais sans avocat à deux mois de son second procès pour vol, entrave et abus de confiance.
Gros-Louis, 44 ans, a été déclaré coupable de trois fraudes pour avoir empoché des chèques émis par le service de police de Wendake. L'ex-chef prétendait ainsi se rembourser des paiements qu'il avait faits à des informateurs. Il a écopé, en mai dernier, d'une peine de huit mois à purger dans la collectivité.
En septembre, Gros-Louis doit subir un deuxième procès pour des accusations tout aussi sérieuses de vol, entrave au travail d'un policier et d'abus de confiance qui auraient été commis en décembre 2009 et février 2010.
Le ministère public reproche à celui qui était alors chef de police de Wendake d'être intervenu pour faire annuler une contravention remise à un ami. On allègue que le chef de police aurait par la suite remboursé l'automobiliste avec l'argent de la nation huronne-wendat.
L'avocate qui représentait jusqu'ici Éric Gros-Louis, Me Caroline Gravel, a obtenu mardi la permission de se retirer du dossier. Me Gravel a indiqué à la cour que l'ex-chef de police ne payait plus ses honoraires et avait une dette de plusieurs milliers de dollars envers le bureau d'avocat.
Déjà, des raisons financières avaient occasionné un report de ce procès, initialement prévu pour janvier 2017.