Les policiers ont arrêté Solange Crevier vendredi, vers 16h, à la fin de son quart de travail chez Desjardins. La femme a comparu samedi matin et lundi après-midi au palais de justice de Québec. Elle reviendra devant le tribunal mardi pour son enquête en cautionnement qui a été fixée pour la forme à 14h30.

Employée sous une fausse identité durant 2 ans

Johanne travaillait comme consultante en informatique chez Desjardins, à Lévis, depuis deux ans et demi. Récemment, son employeur a toutefois appris qu’elle ne s’appelait pas Johanne, mais Solange Crevier et qu’elle aurait été impliquée dans une affaire de fraude chez VIA Rail en 2013.

«Quelqu’un a téléphoné chez Desjardins pour leur dire qu’une dame qui travaillait chez eux était en fait Solange Crevier et qu’elle avait un passé de fraude. Desjardins a fait son enquête interne et nous a contactés par la suite», explique l’agent Maxime Pelletier, porte-parole du Service de police de Lévis.

Les policiers ont arrêté Solange Crevier vendredi, vers 16h, à la fin de son quart de travail. La femme a comparu samedi matin et lundi après-midi au palais de justice de Québec. Elle reviendra devant le tribunal mardi pour son enquête en cautionnement qui a été fixée pour la forme à 14h30.

Comme l’explique l’agent Pelletier, c’est sous le nom de Johanne Richer que Solange Crevier travaillait chez Desjardins depuis 2015. Elle possédait sa compagnie de consultante en informatique, dont elle était l’unique employée et que Desjardins engageait comme chargée de projet de façon contractuelle.

L’agent Pelletier a expliqué que la femme de 54 ans déjà accusée de supposition de personne verrait d’autres accusations déposées contre elle. Le policier a d’abord mentionné le vol d’identité, puisque Johanne Richer est une personne qui existe vraiment. Celle-ci n’aurait toutefois subi aucune fraude ou perte financière après s’être fait voler son identité.

Lors de la comparution de la femme, lundi, le juge Alain Morand a d’ailleurs rendu une ordonnance interdisant à Solange Crevier d’entrer en communication avec la vraie Johanne Richer.

La police de Lévis a aussi indiqué que Solange Crevier serait également accusée de fraude à l’identité, de fabrication et d’usage de documents contrefaits et qu’elle pourrait également être accusée de fraude pour avoir reçu un salaire pendant deux ans et demi sous une fausse identité. Lors de sa comparution, son avocate a d’ailleurs été informée que de nouvelles accusations s’ajouteraient.

L’agent Pelletier indique aussi que Solange Crevier aurait été congédiée par VIA Rail en 2013 au terme d’une enquête liée à une fraude de 200 000 $ dans le service informatique pour des travaux informatiques qui auraient été facturés, mais jamais effectués.