Gisèle Poitras-Dallaire, 70 ans, a été déclarée coupable par un jury.

Dix-huit mois de prison pour l’aînée voleuse de résidence

La grand-mère coupable d’une dizaine de vols chez ses voisines de résidence à Lévis écope d’une peine de 18 mois de prison. Gisèle Poitras-Dallaire, 70 ans, a été déclarée coupable par un jury.

Durant un an, celle qui était bénévole et habitait à la résidence le Mieux-Vivre s’est introduite dans des logements en l’absence de leur occupant. Elle y a dérobé bijoux et argent, pour une valeur d’un peu moins de 2000 $. Le juge Raymond W. Pronovost de la Cour supérieure a insisté dans sa décision sur le caractère «objectivement très grave» du crime d’introduction par effraction dans une maison d’habitation. Le juge souligne aussi que les victimes, des personnes âgées de 70 à 90 ans, vivant souvent seules, ont été «traumatisées» par les crimes. Gisèle Poitras-Dallaire, qui avait déjà des antécédents judiciaires de fraude et vol, n’a présenté aucun remords, fait remarquer le juge. 

«L’accusée a besoin d’un choc pour se réveiller, pour prendre conscience de tout le tort qu’elle cause aux victimes et de tout le tort qu’elle cause aussi à son entourage», estime le juge Pronovost. 

Une peine discontinue tel que le suggérait la défense n’apparaît pas raisonnable, conclut le juge, en imposant une peine de 18 mois, un peu plus courte que les deux ans réclamés par la Couronne. Mme Poitras-Dallaire a porté sa condamnation en appel.