Claude Guillot est accusé d’avoir commis des voies de fait, des voies de fait ayant causé des lésions et des voies de fait armé d’une palette de bois sur six garçons âgés entre 4 et 11 ans au début des infractions alléguées. Le pasteur est aussi accusé d’avoir séquestré les garçons.

Dix accusations supplémentaires pour le pasteur Claude Guillot

Le pasteur baptiste Claude Guillot subira son procès pour 22 accusations de sévices sur six garçons qui lui avaient été confiés par leurs parents.

Au terme d’une enquête préliminaire de cinq jours, frappée d’une ordonnance de non-publication, le juge Carl Thibault de la Cour du Québec ne s’est pas contenté d’envoyer Guillot, 67 ans, subir son procès pour les 12 accusations portées au départ par la Couronne. Il a en ajouté 10 autres, portant le nombre de plaignants à six, sur une période de 30 ans, entre 1983 et 2014.

Claude Guillot, de Québec, est accusé d’avoir commis des voies de fait, des voies de fait ayant causé des lésions et des voies de fait armé d’une palette de bois sur six garçons âgés entre 4 et 11 ans au début des infractions alléguées. Le pasteur est aussi accusé d’avoir séquestré les garçons. 

Les gestes auraient eu lieu à Québec et à Victoriaville. Selon les plaignants, les infractions se seraient perpétuées sur une période allant de 1 à 13 ans.

Entrave à la justice

Le juge a ajouté lundi des accusations de harcèlement pour trois des plaignants ainsi que d’entrave à la justice dans le cas de deux plaignants. En 2013, soit deux ans avant son arrestation, Guillot aurait incité deux plaignants à faire de fausses déclarations dans le cadre d’une intervention de la Direction de la protection de la jeunesse.

En liberté sous caution durant les procédures, Claude Guillot a quitté rapidement le palais de justice de Québec, tentant de fuir tant bien que mal les caméras.

Il devra revenir devant la cour à la mi-décembre pour une conférence préparatoire à son procès, qui se tiendra devant un juge seul.