Les plongeurs ne peuvent toujours pas scruter le fond de la rivière.

Disparition de Maïté Viens: les recherches en rivière suspendues

Les plongeurs de la Sûreté du Québec ne peuvent reprendre mardi les recherches pour retrouver le corps de Maïté Viens, 21 ans, disparue dimanche dans la rivière Jean-Larose en raison du débit d'eau toujours trop élevé.
Lundi, la SQ a demandé à la Société des établissements de plein air du Québec de fermer un barrage situé en amont du lieu du drame. Seul l'abaissement du niveau d'eau pouvait permettre de fouiller le fond de la rivière. Les impressionnantes cascades de 12, 19 et 41 mètres sont gonflées à bloc par la crue printanière et créent un fort courant dans les bassins du bas où les plongeurs voudraient effectuer les recherches.
Maïté Viens
Mais la fermeture du barrage n'a pas suffi. Il faut attendre que la nature fasse son oeuvre. Lundi, les plongeurs ont sondé le fond de la rivière à l'aide d'une gaffe, en vain. La sergente Ann Mathieu confirme que les recherches reprennent seulement le long des berges, au cas où la rivière aurait rejeté le corps de la victime.
L'étudiante au Collège Mérici a glissé vers 15h dimanche sur des pierres plates après s'être approchée du cours d'eau à la hauteur d'un belvédère aménagé à l'entrée du sentier, tout près du boulevard du Beau-Pré. Une amie qui l'accompagnait a assisté, impuissante, à l'horrible scène.
Mardi, des membres de la famille et des amis de Maïté avaient ressenti le besoin de se rendre sur place en guise de recueillement. Certains ont  déposé des fleurs. Sur Facebook, les marques de sympathie se succèdent depuis l'annonce de la disparition.