Une chute de la température imprévue, survenue durant la nuit de mercredi à jeudi, a causé la mort de nombreux animaux à l’Animalerie Orford.

Des animaux retrouvés morts gelés dans une animalerie

Une très mauvaise surprise attendait les propriétaires de l’Animalerie Orford, André Beaulieu et Fanny Richard, à leur arrivée au travail jeudi matin. Des dizaines d’animaux ont péri durant la nuit en raison d’une chute de la température imprévue dans leur commerce.

Copropriétaire de l’Animalerie Orford, André Beaulieu révèle qu’au moins une centaine de poissons ainsi qu’un perroquet « relativement dispendieux » ont perdu la vie à cause du problème de température constaté jeudi.

« D’autres morts sont à prévoir, déclare M. Beaulieu. En fait, des animaux pourraient encore mourir par dizaines. Le froid qu’ils ont affronté a été dur pour plusieurs et les conséquences se feront probablement sentir à retardement dans de nombreux cas. Une simple variation de trois degrés Celcius, c’est énorme pour la majorité de nos poissons. »

Habituellement maintenue au-dessus de 20 degrés Celsius, la température dans l’animalerie serait descendue significativement dans la nuit de mercredi à jeudi. Le thermomètre indiquait à peine plus de 8 degrés à l’arrivée du personnel et le froid a sans doute été encore plus intense dans les heures précédentes.

La chute de la température dans le commerce serait attribuable à des travaux amorcés aux Galeries Orford, où est située l’animalerie, au froid intense durant la nuit de même qu’à une série de malchances.

« Un mur à l’avant des Galeries Orford a été démoli pour réaliser des travaux et une conduite d’eau a éclaté à cause du gel. Il y a eu une fuite d’eau qui s’est produite et ça a provoqué l’arrêt du chauffage à des endroits. On aurait dû être alertés, mais le système n’a pas fonctionné. Même mon application pour suivre la température dans le commerce a eu un problème », explique M. Beaulieu.

Selon celui-ci, l’Animalerie Orford encourra des pertes d’au moins 10 000 $. « On a de bonnes assurances, mais on n’ira jamais rechercher tout ce qu’on a perdu. Ça ne nous met pas en péril financièrement. Il reste par contre que c’est vraiment désagréable comme situation. »

L’Animalerie Orford a transporté une partie de ses animaux chez le vétérinaire jeudi. « On a des chaufferettes pour réchauffer nos bêtes au besoin. Malgré cela, on a pensé que c’était une bonne idée de faire appel à un vétérinaire pour quelques cas, question de ne pas prendre de chance », indique André Beaulieu.

André Beaulieu