L’ancien chef cuisiner et chroniqueur culinaire à l’émission «Salut Bonjour Week-end», François Robert (sur cette photo datant de 2003), a plaidé coupable à plusieurs accusations de contacts sexuels, d’incitation à des contacts sexuels, d’obtention de services sexuels de mineurs moyennant rétribution et de leurre informatique.

Délits sexuels sur des mineurs: l'ancien chroniqueur culinaire François Robert plaide coupable

L’ancien chef cuisiner et chroniqueur culinaire à l’émission Salut Bonjour Week-end François Robert a plaidé coupable lundi à une kyrielle de délits sexuels commis sur des mineurs et échelonnés sur une décennie.

Les quatre victimes de Robert étaient âgées de moins de 16 ans au moment des événements, qui se sont déroulés entre 2006 et 2016. L’homme dans la cinquantaine a plaidé coupable à plusieurs accusations de contacts sexuels, d’incitation à des contacts sexuels, d’obtention de services sexuels de mineurs moyennant rétribution et de leurre informatique. Il a également reconnu avoir commis une agression sexuelle sur un jeune de 14 ans en 2016. Les gestes ont été posés chez lui, à Québec, de même qu’à Saint-Jérôme.

Propos salaces

Robert communiquait avec ses victimes par l’entremise de sites de rencontres et de réseaux sociaux, dont il se servait sous le pseudonyme de «Franck James». Des propos à connotation sexuelle étaient rapidement échangés, après quoi l’accusé fixait des rendez-vous avec les adolescents. 

François Robert a obtenu de trois de ses victimes des fellations et des relations sexuelles complètes moyennant rétribution. À une occasion, il a eu une relation anale complète malgré le refus de l’adolescent, d’où l’accusation d’agression sexuelle déposée contre lui. 

Les accusations de leurre concernent notamment un policier de la SQ qui s’est fait prendre pour un jeune de 15 ans. Selon la preuve de la poursuite, le policier aurait fait croire à François Robert qu’il avait «besoin d’argent», ce à quoi l’accusé aurait répondu que ça pouvait «s’arranger». 

Arrêté dans un stationnement

Une rencontre a été fixée le 15 juin 2016 dans le stationnement d’un centre commercial de Québec, où Robert a été arrêté. En fouillant dans son téléphone, les policiers ont trouvé des échanges à connotation sexuelle avec des garçons de moins de 16 ans, ce qui a mené à d’autres accusations de leurre.

François Robert connaîtra sa peine le 4 décembre.