Jean-Pierre Moreau et Line Demers étaient soulagés d'apprendre que le corps de Martin Carpentier a finalement été retrouvé.
Jean-Pierre Moreau et Line Demers étaient soulagés d'apprendre que le corps de Martin Carpentier a finalement été retrouvé.

Découverte du corps de Martin Carpentier: «On est vraiment soulagés»

Marc Allard
Marc Allard
Le Soleil
SAINT-APOLLINAIRE — Line Demers et Jean-Pierre Moreau ont pu recommencer à profiter de l’été à leur chalet de Saint-Apollinaire, mardi, au lendemain de la découverte du corps de Martin Carpentier chez un voisin du rang Saint-Lazare.

Comme de nombreux citoyens de Saint-Apollinaire croisés mardi par Le Soleil, le couple a poussé un grand soupir de soulagement en apprenant que Carpentier n’était plus en cavale. «On est vraiment soulagés, dit Mme Demers. Quand on a su qu’ils l’avaient retrouvé, on était très contents». 

Depuis que le père de Norah et Romy Carpentier était traqué dans le secteur boisé où ils habitent, le couple qui habite le village de Saint-Apollinaire et est adepte de la chasse au chevreuil avait cessé de dormir à son chalet dans le bois, craignant de tomber sur le fugitif.

Mme Demers et M. Moreau revenaient de temps à autre pour s’assurer que leur chalet n’avait pas été vandalisé et ils vérifiaient si Carpentier n’était pas caché dans un de leurs cabanons ou leurs remises à bois. Plusieurs fois, les policiers de la SQ sont venus faire des recherches sur leur terrain. Un ruban de la SQ était encore visible mardi. 


« On est vraiment soulagés. Quand on a su qu’ils l’avaient retrouvé, on était très contents. »
Line Demers

Samedi soir, quand le couple a appris que la SQ suspendait les recherches terrestres, Mme Demers et M. Moreau se sont sentis encore plus inquiets. 

Et puis, lundi soir, quand ils ont appris que le corps de Martin Carpentier avait été retrouvé, ils se sont rendus à la maison près de chez peux pour voir l’opération policière de leurs yeux. 

Ils ont été frappés par la forte odeur de putréfaction. «C’est une odeur qui ne s’oublie pas», dit M. Moreau, un ancien pompier. 

Pierre-Luc Aucoin, qui habite aussi sur le rang Saint-Lazare, raconte que la traque a été stressante pour sa mère, une aînée qui n’osait plus sortir de sa maison durant une partie de la chasse à l’homme. «On avait hâte que ça finisse», dit-il.

Des peluches ont déposés pour rendre hommage à Norah et Romy Carpentier. 

Tout près de chez lui, des voisins avaient déposé de nombreuses peluches en mémoire de Romy, 6 ans et Norah, 11 ans, retrouvées sans vie le 11 juillet dans un boisé de Saint-Apollinaire. 

Sur la route de l’Ormière, Patrick Paradis ne se sentait pas en sécurité quand il allait sortir ses chevaux à 4h le matin. Il craignait d’être surpris par le fugitif. «Je ne voulais pas me faire assommer, dit-il. Oui, je suis grand et je suis gros, mais quand même». 

Lundi soir, la Sûreté du Québec a rapporté avoir retrouvé le corps de Martin Carpentier à Saint-Apollinaire. L’homme de 44 ans se serait enlevé la vie. 

À LIRE AUSSI: Martin Carpentier retrouvé mort à Saint-Apollinaire 

Même si le corps n’est pas officiellement identifié, la SQ a indiqué que «tout porte à croire qu’il s’agirait de Martin Carpentier».

La découverte du corps s’est faite vers 19h lundi, à la suite d’une information transmise à la SQ par un citoyen. Carpentier était disparu depuis 12 jours.

Plusieurs éléments restent à éclaircir dans la tragédie qui a emporté les deux soeurs Carpentier, notamment les motifs de l’enlèvement présumé par le père et les résultats des autopsies des corps des deux fillettes. 

La Sûreté du Québec a annoncé mardi après-midi qu’elle ferait le point mercredi à 14h30 au grand quartier général de la SQ à Montréal.