Des voisins de la résidence qui a été la proie des flammes ont eux aussi tout tenté pour sauver l’enfant des flammes.

Décès du petit Thomas: des voisins courageux

Trois-Rivières — Le décès du petit Thomas, trois ans, survenu mardi dans l’incendie de la résidence familiale ne laisse personne indifférent dans la région. Alors que les témoignages de sympathie et la générosité de la population affluent depuis la tragédie afin de venir en aide à la famille, des voisins de la résidence qui a été la proie des flammes se rappelleront à jamais de ce début d’année 2018, eux qui ont aussi tout tenté pour sauver l’enfant des flammes.

Voisin immédiat de la famille éprouvée, Carmine Zappia a tenté en vain d’aider les parents du petit Thomas. Il était en train de célébrer l’arrivée de la nouvelle année en compagnie de quelques amis lorsqu’il a entendu le père et la mère qui criaient à l’aide. Il a été à même de constater leur détresse lorsqu’il est sorti à l’extérieur de son domicile.

«J’ai défoncé la porte avant pour essayer de sauver le bébé. Mais je me suis rapidement rendu compte qu’il y avait beaucoup de flammes dans l’escalier et que je ne pouvais pas passer. J’ai donc essayé de monter sur un genre de patio à l’extérieur, mais je n’ai pas été capable, car je me suis blessé à la main en cassant la fenêtre de la porte», raconte-t-il.

M. Zappia avoue qu’il pense beaucoup aux tragiques événements depuis quelques jours et qu’il se demande constamment s’il a vraiment tout fait pour sauver le petit Thomas. Par ailleurs, il trouve difficile de se trouver chez lui et de voir les décombres par la fenêtre.

Le petit Thomas a trouvé la mort dans l'incendie de sa maison.

Plus de 17 000 $ pour soutenir la famille

Alors que la campagne de sociofinamenent mise sur pied par le cousin de la mère du jeune garçon n’a cessé de dépasser l’objectif fixé depuis les derniers jours, elle a jusqu’à maintenant permis d’amasser plus de 17 500 $, en plus des nombreuses offres proposées à la famille pour les obsèques du jeune garçon.

Keven Diamond, le cousin de la mère de Thomas, est d’ailleurs allé à la rencontre des parents du jeune garçon, en fin de journée jeudi, afin de leur faire part du véritable élan de générosité à leur endroit. Il devait notamment les informer du montant amassé par la population dans le cadre de la campagne de sociofinancement, en plus des nombreuses offres proposées afin de leur venir en aide. 

Rappelons que les parents du petit Thomas ont tenté de le secourir, sans succès, en raison de l’intensité du brasier qui a éclaté peu après minuit dans la nuit du 1er et du 2 janvier. Ils ont par ailleurs été blessés en tentant de sauver le garçon, avant de devoir fracasser une fenêtre pour échapper aux flammes. Le père a été blessé au visage, tandis que sa conjointe a été brûlée aux mains.

Collecte de fonds à l’aréna Jean-Guy-Talbot vendredi

Le décès tragique du petit Thomas Livernoche qui a secoué toute la région n’épargne pas non plus le monde du sport.

Le Climatisation Cloutier de Cap-de-la-Madeleine, une équipe de la Ligue de hockey senior AAA du Québec, orchestre une collecte de fonds afin de venir en aide à la famille.

Celle-ci se tiendra durant la rencontre face aux Maroons 2.0 de Waterloo, ce vendredi dès 20 h 30.

Des membres de l’organisation récolteront l’argent à l’entrée de l’aréna Jean-Guy-Talbot. Les profits amassés lors du jeu du lancer de la rondelle, entre la deuxième et la troisième période, seront également remis à la famille Livernoche.

«C’est un match très important pour nous au classement général, mais c’est encore plus important de soutenir cette famille endeuillée», souligne le directeur général du Climatisation Cloutier, Fabien Dubé.

Avec Amélie Houle et Louis-Simon Gauthier