La voiture utilisée par Michaël Fiset et Pierre Thibault s'est enlisée à seulement quelques dizaines de mètres d'une résidence.

Décès dans la tempête: pas d'enquête publique... pour l'instant

La coroner en chef, Me Catherine Rudel-Tessier, n'envisage pas de tenir une enquête publique sur les circonstances entourant les décès de Pierre Thibault et Michaël Fiset, survenus en plein blizzard dans la nuit du 13 au 14 mars, sur la rue Principale à Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud.
Me Rudel-Tessier a ainsi répondu à la demande de l'avocat Marc Bellemare dans une lettre envoyée le 28 mars. Selon elle, le coroner d'expérience chargé de cette enquête, Me Luc Malouin, «sera de toute évidence en mesure de faire la lumière sur les événements survenus cette nuit-là», tout en ajoutant «qu'une enquête publique pourrait être envisagée si ce n'était pas le cas». Elle ajoute même qu'une enquête publique ne ferait actuellement que ralentir la production des rapports du coroner.
Des morts «qui auraient pu être évitées»
Dans sa requête déposée une semaine plus tôt au bureau de la coroner en chef, Me Bellemare affirmait que «la famille demeure convaincue que ces deux morts auraient pu être évitées si les pouvoirs publics avaient déployé les mesures et les ressources nécessaires pour les repérer et les secourir adéquatement. Il nous apparaît inconcevable que, malgré l'expérience québécoise du climat hivernal, deux hommes puissent mourir seuls sur une voie publique à quelques centaines de mètres de l'autoroute Jean-Lesage.»
L'avocat représentant Valérie Tanguay, la conjointe de Pierre Thibault, l'une des deux victimes. MmeTanguay et la famille de M. Thibault songent toujours à intenter une poursuite au civil contre la Sûreté du Québec et le ministère des Transports. La décision n'est pas encore prise.
Les des hommes sont décédés après que leur voiture soit demeurée ensevelie sous la neige. Ils avaient quitté le travail ensemble en début de soirée avant de rester prisonniers des lames de neige. Les autorités ont tenté de secourir les victimes en motoneige, en vain.