L'accident a eu lieu sur la route 365, près du club de golf Le Grand Portneuf à Saint-Basile, dans Portneuf.

Cycliste happé mortellement dans Portneuf: Louis Garneau ébranlé

Un cycliste de Saint-Basile a tragiquement perdu la vie, samedi matin, happé par derrière par une voiture sur la route 365, près du club de golf Le Grand Portneuf, à Pont-Rouge.
D'après les premières constatations de la Sûreté du Québec (SQ), Jacques Samson, 57 ans, roulait en bordure de la route, en direction sud, vers 10h30, samedi, quand un automobiliste circulant dans la même direction l'aurait happé par derrière. La victime a été projetée dans un fossé adjacent à la suite de la collision, a indiqué la porte-parole de la SQ Hélène Nepton.
Les policiers de Portneuf ont été les premiers arrivés sur place et le décès du quinquagénaire de Saint-Basile a rapidement été constaté par les secours.
La SQ a ouvert une enquête afin de déterminer les causes et circonstances exactes de l'accident, et des agents reconstitutionnistes ont été déplacés sur les lieux, mais aucune hypothèse n'avait encore été divulguée pour expliquer le drame, samedi soir. Notons que la collision est survenue au milieu d'une longue ligne droite, sur la route 365.
Le conducteur du véhicule a été transporté au Centre hospitalier en raison d'un choc nerveux. 
Il s'agit d'une deuxième collision importante entre une voiture et un vélo, à Québec, en moins d'une semaine. Dimanche, un cycliste a subi de graves blessures dans un face-à-face avec une voiture rue Einstein, dans Sainte-Foy. L'incident n'a pas mené à une accusation criminelle. Une cycliste de 26 ans a également été happée par une voiture dans la nuit de vendredi à samedi, à Montréal, subissant de graves blessures. C'est la victime qui aurait omis de faire un arrêt obligatoire sur son vélo. 
«Comment ça peut arriver?»
Joint par le Soleil, samedi soir, le cycliste et homme d'affaires Louis Garneau était visiblement ébranlé par le décès de Jacques Samson, même s'il ne le connaissait pas. «On est passé par la route 365 ce matin même avec le club cycliste Garneau. On a sûrement roulé pas très loin d'où ça s'est passé», a-t-il expliqué, offrant toutes ses condoléances à la famille de la victime.
«On va attendre d'en savoir un peu plus, mais un cycliste qui roule sur une route en ligne droite qui se fait frapper par derrière par une voiture qui roule en ligne droite, c'est sûr que c'est tannant. Comment ça peut arriver? On ne sait pas encore la cause, mais moi, les textos au volant, par exemple, ça me fait peur comme cycliste», a pointé l'homme d'affaires. 
«Portneuf, c'est une des plus belles places où rouler dans la région, mais la 365, les automobilistes roulent vite et c'est assez dangereux. On essaye de l'éviter le plus possible. Aujourd'hui, les cyclistes, on doit choisir nos routes. Sauf que si tu habites le secteur, c'est parfois inévitable.» 
Pour les sorties hebdomadaires du club cycliste amateur Garneau, à ne pas confondre avec l'équipe professionnelle Garneau-Québecor, le résident de Saint-Augustin est d'ailleurs très prudent. «On roule en quatre pelotons, mais il y a toujours quatre voitures identifiées Garneau qui nous suivent pour faire ralentir les automobilistes.» 
En mai, M. Garneau avait également fait une sortie publique pour sensibiliser les automobilistes au dépassement sécuritaire, soit conserver une distance minimale de 1,5 m avec le cycliste en le contournant. Cette sortie avait eu lieu dans le cadre de la conférence de presse pour le Tour du silence de Québec, penchant régional d'un mouvement mondial visant à commémorer la mémoire des cyclistes décédés après avoir été happés. 
Appel public à Laurent Lessard
Louis Garneau affirme avoir sollicité plusieurs fois, sans succès, une rencontre avec le ministre des Transports, Laurent Lessard, afin d'améliorer la communication et augmenter les campagnes de préventions concernant la sécurité à vélo. «Dites au ministre Lessard que j'attends son appel. J'ai demandé une rencontre de 15 minutes, j'ai parlé à son attaché de presse, mais il ne me rappelle pas.»
En 2016, huit cyclistes sont décédés au Québec à la suite d'une collision avec une voiture, le plus faible nombre jamais comptabilisé. «Le bilan s'améliore, mais c'est encore trop. Il faut continuer d'en parler. Aux automobilistes, soyez vigilants sur la route. Des évènements comme aujourd'hui, il ne faut pas que ça se reproduise», conclut Louis Garneau. Avec Fanny Lévesque