La police de Québec enquête sur un cas de cruauté animale après la découverte d'un chien à l'agonie dans la cour d'une résidence de Québec, dimanche. 

Cruauté animale dans Saint-Sauveur : un homme et une femme arrêtés

Un homme et une femme ont été arrêtés par la police de Québec, vendredi avant-midi, pour cruauté envers les animaux. Les arrestations font suite à la découverte d'un chien mourant rongé par les vers, dans la cour d'une résidence du quartier Saint-Sauveur, dimanche.
L'enquête avait été ouverte par le Service de police de la ville de Québec (SPVQ) le 2 juillet, après une plainte déposée par le refuge pour animaux domestiques les Fidèles Moustachus. Alertés par une citoyenne, des intervenants du refuge avaient découvert un chien dans une horrible condition, dimanche, à l'arrière d'un logement de la rue Saint-Alexis. L'animal avait dû être euthanasié pour soulager ses souffrances. 
En entrevue au Soleil, lundi, la porte-parole des Fidèles Moustachus, Vicky Lamontagne, avait décrit l'histoire comme «un des pires cas jamais vus par bien des intervenants», à Québec. 
La SPA se réjouit
Vendredi avant-midi, le SPVQ a procédé à l'arrestation d'une femme de 64 ans et d'un homme de 57 ans pour cruauté animale, «notamment en n'ayant pas porté les soins nécessaires à un animal», a expliqué le porte-parole de la police, Étienne Doyon. 
Mis au courant des arrestations, le porte-parole de la SPA de Québec, Félix Tremblay, s'est réjoui de constater que le SPVQ avait pris l'histoire de cruauté animale au sérieux. Il espère maintenant que la justice fera de même. «On va attendre d'avoir les détails. Une infection aux vers peut arriver à tous les propriétaires de chiens, mais de l'ampleur que l'on nous décrit, ça ne peut pratiquement qu'être de la grossière négligence. Si tel est le cas, on espère voir les procureurs de la couronne demander la peine la plus sévère prévue par la loi, soit cinq ans de prison.»
Jusqu'à cinq ans de prison
C'est que selon l'article 445 du Code criminel canadien, une sanction allant jusqu'à cinq ans derrière les barreaux peut être imposée à un propriétaire qui permet «que soit causée à un animal une douleur, souffrance ou blessure, sans nécessité.»
Chez les Fidèles Moustachus, Vicky Lamontagne ne voyait pas pour sa part un tel dénouement, vendredi. Se disant «satisfaite dans la mesure où il va y avoir une suite à cette histoire-là», la porte-parole a souhaité voir une amende sévère imposée aux deux présumés propriétaires, mais surtout une interdiction à vie de posséder un animal. 
Les deux individus ont été libérés avec promesse de comparaître à une date ultérieure. 
Le SPVQ tient à rappeler que les témoins de cas de cruauté animale peuvent communiquer avec le 9-1-1 pour une intervention immédiate, ou encore le 418-641-AGIR, pour transmettre une information à la police de façon confidentielle.