Coup de filet de l'UPAC: Lévis prône la tolérance zéro

Homme d'affaires influent à Lévis, Serge Dussault fait partie des huit personnes accusées de fraude fiscale lundi par l'Unité permanente anticorruption (UPAC). Sans lui fermer la porte complètement, le maire de Lévis Gilles Lehouillier a dit prôner la «tolérance zéro» face à de telles accusations.
«On est entièrement libres et on n'a aucune attache avec personne, avec qui que ce soit. Nous, si des gens sont accusés au criminel et que ça porte préjudice à notre ville, c'est clair qu'on va agir très rapidement», a-t-il  lancé aux journalistes en mêlée de presse. 
M. Dussault et quelques associés caressent le rêve de construire un véritable pôle urbain comprenant 4000 logements, près de la rivière Chaudière, entre Breakeyville et Saint-Étienne-de-Lauzon. Le projet, appelé Quartier des dialogues, prévoit des investissements de 1 milliard $. 
La Ville de Lévis n'a pas encore donné son feu vert au projet, mais il est présentement à l'étude. Le groupe de M. Dussault a engagé en février dernier Dany Blackburn, d'ABCP architecture, pour agir à titre de lobbyiste auprès de la Ville de Lévis.
Sans signer son arrêt de mort, le maire de Lévis dit vouloir regarder ce projet de développement de près. Il a aussi demandé à ses fonctionnaires de vérifier les contrats que la Ville pourrait avoir avec les accusés dans cette affaire. «Quand on a un signal d'alarme qui nous est lancé, on procède à des vérifications», justifie-t-il.
Avant d'agir, le maire veut mieux connaître les implications de tout un chacun. Sauf qu'il pourrait ne pas attendre la fin des procédures judiciaires, qui pourraient prendre plusieurs années, avant de défaire les liens que la Ville pourrait entretenir avec des accusés. «Si ça porte préjudice à la Ville, vous allez voir que c'est assez radical comme action», a-t-il averti.
<p>Serge Dussault est l'un des administrateurs de Roche, qui a récemment changé de nom pour Norda Stelo, et dont le siège social est situé à Québec. </p>
67 accusations
L'UPAC a déposé lundi 67 accusations contre des employés et administrateurs de Roche et Pluritec, deux firmes de génie-conseil. Serge Dussault est un des administrateurs de Roche, qui a récemment changé de nom pour Norda Stelo, et dont le siège social est situé à Québec. Il est aussi un promoteur immobilier, ayant fait construire le terrain de golf la Tempête, à Breakeyville et la Seigneurie du Golf, un quartier huppé situé tout près.  
Lui et cinq autres hauts dirigeants de chez Roche sont accusés notamment d'avoir illégalement obtenu des crédits de taxes qu'ils n'avaient pas payées, d'avoir fait de fausses inscriptions dans les registres fiscaux et d'avoir fait de fausses déclarations en vertu de la loi sur les impôts.
Les infractions reprochées ont été faites entre 2006 et 2011.
Les accusés sont passibles d'amendes minimales totalisant 195 116 $ et les individus pourraient même écoper de séjours en prison. 
Pluritec et ses dirigeants vont comparaître le 6 juin à Trois-Rivières. Quant à Roche et ses dirigeants et employés, ils seront en cour pour leur comparution à Québec le 29 juin.
La firme Roche a déjà eu des démêlés avec l'UPAC et a été perquisitionnée dans le passé, dans d'autres dossiers.
Avec La Presse Canadienne