La chaleur extrême a tué un travailleur de la construction qui s’affairait sur le chantier du nouveau centre de distribution de la Maison Simons, la semaine dernière, à Québec.

Coup de chaleur mortel à Québec

EXCLUSIF / La chaleur extrême a tué un travailleur de la construction qui s’affairait sur le chantier du nouveau centre de distribution de la Maison Simons, la semaine dernière, à Québec, a appris Le Soleil.

Jeudi en début d’après-midi, Guy Bolduc, un Beauceron de 35 ans, travaillait au coffrage lorsqu’il a subi une insolation.

Après avoir ressenti un malaise, M. Bolduc a été transporté par un collègue à l’hôpital. Mais il n’a pas survécu.

«Il est décédé d’un coup de chaleur», confirme Julie Fournier, porte-parole de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), qui a amorcé une enquête sur les circonstances de l’accident de travail.

La région de Québec semblait jusqu’ici avoir échappé à la vague de décès causée par la chaleur extrême de la semaine dernière. La mort de M. Bolduc porte à au moins 61 le nombre de personnes qui ont perdu la vie dans cette canicule.

Le drame a bouleversé les collègues de M. Bolduc chez Coffrage MR, une entreprise située à Saint-Benoît-Labre, en Beauce.

«Cher Guy, parti trop jeune, parti trop vite. Difficile d’y croire. Nous sommes de tout cœur avec votre famille, à qui nous souhaitons beaucoup de courage, plus particulièrement à Eric Bolduc, pour qui tu étais bien plus qu’un frère, mais un complice de vie», ont-ils écrit sur Facebook.

Eric Bolduc est un des administrateurs de la compagnie, selon le registre des entreprises. Joint lundi après-midi, il a préféré ne pas commenter. 

L’insolation qui a emporté Guy Bolduc illustre les dangers de la chaleur extrême pour les travailleurs.

Dangereuses insolations

Le coup de chaleur se produit lorsque le corps ne parvient pas à se refroidir adéquatement. La température du corps, normalement de 37 °C, augmente et peut atteindre 40,6 °C et plus.

L’insolation peut survenir brusquement lors d’un travail à chaleur élevée. «En l’absence de mesures de refroidissement immédiates et énergiques, l’hyperthermie va progresser, causant des dommages irréversibles aux organes vitaux et éventuellement la mort», précise la CNESST. 

En moyenne, depuis cinq ans, 18 travailleurs sont victimes d’un malaise résultant du travail à la chaleur chaque année, indique la CNESST.

Les travailleurs qui effectuent un travail physiquement exigeant sous le soleil sont particulièrement à risque. 

Sous la responsabilité de l’entreprise Reliance, le chantier du nouveau centre de distribution automatisé de la Maison Simons est en cours sur les terrains situés à l’est de l’autoroute Henri-IV, au nord de l’avenue Chauveau, sur le boulevard de l’Auvergne. 

Dans ce secteur, la température atteignait 31 °C et l’humidex, environ 40, jeudi en début d’après-midi, selon Environnement Canada. 

La CNESST a dépêché des inspecteurs sur le chantier. Le bureau du coroner a lui aussi amorcé une enquête. 

+

LA RÉCENTE VAGUE DE CHALEUR AURAIT FAIT JUSQU'À 70 MORTS

La plus récente vague de chaleur extrême pourrait avoir fait jusqu’à 70 victimes au Québec, selon le dernier bilan transmis par le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Ces données indiquent des décès «potentiellement» liés à la chaleur, car une analyse plus approfondie doit être menée dans chaque cas pour déterminer si d’autres facteurs pourraient avoir causé la mort.

La région de Montréal a été la plus durement touchée, avec 34 cas rapportés. En périphérie de la métropole, on a recensé neuf décès en Montérégie, cinq à Laval, un dans les Laurentides et un dans Lanaudière.

Ailleurs au Québec, neuf victimes de la chaleur ont été comptabilisées en Estrie, contre huit en Mauricie et trois dans la région de la Capitale-Nationale.

D’après Alexandra Régis, attachée de presse de la ministre déléguée à la Santé publique Lucie Charlebois, il s’agit du dernier bilan que diffuse le ministère puisque «la situation est revenue à la normale».

Lors d’une mêlée de presse au Saguenay?Lac-Saint-Jean, lundi, le premier ministre a été interrogé sur les décès liés à la chaleur et sur la climatisation dans les centres de soins.

Philippe Couillard a répondu qu’il est important de prévoir «des aménagements particuliers» dans les nouvelles constructions, «pas nécessairement des systèmes de climatisation centrale, mais une ventilation beaucoup plus efficace», a-t-il dit.

Le premier ministre ne s’est pas avancé sur les conditions dans les vieux immeubles, mais il se félicite du fait que «parmi les décès qu’on a malheureusement eus, il ne semble pas y en avoir eu dans nos établissements de santé».

«Croisons nos doigts, parce que les personnes vulnérables sont les premières touchées lorsqu’arrive la canicule», a ajouté M. Couillard.  La Presse canadienne