M. Couillard a tenu un point de presse vers 1h45 dans la nuit de dimanche à lundi en compagnie du maire de Québec, Régis Labeaume, et du ministre de la sécurité publique, Martin Coiteux.

Couillard appelle à l'unité

«Nous sommes avec vous. Vous êtes chez vous, vous êtes bienvenus.» Les premiers mots du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, ont été adressés aux membres de la communauté musulmane ciblée dimanche soir par un «acte terroriste».
M. Couillard a tenu un point de presse vers 1h45 dans la nuit de dimanche à lundi en compagnie du maire de Québec, Régis Labeaume, et du ministre de la sécurité publique, Martin Coiteux.
Les trois hommes ont félicité le Service de police de la Ville de Québec pour son efficacité durant l'intervention dans la fusillade qui a fait six morts et huit blessés.
Les lieux de culte musulmans ont été sécurisés partout à Québec, à Montréal et au Québec, a ajouté le premier ministre. Il a a rappelé que même une ville paisible comme Québec n'était pas à l'abri de la terreur.
M. Labeaume, peinant à retenir ses larmes, a annoncé qu'il rencontrera des leaders de la communauté musulmane de Québec à l'hôtel de ville lundi à 10h avec M. Couillard.
Tout comme les autorités policières l'ont fait plus tôt en soirée, les trois élus n'ont pas voulu tracer de portrait des assaillants, jugeant prématuré de juger de leur motivations.
Mais le fait «qu'une communauté précise a été visée» lui fait dire qu'il s'agit d'un acte terroriste.
Anne Guérette «bouleversée»
Anne Guérette est «bouleversée» de la fusillade commise dimanche soir à la mosquée de Québec.
«On a vu des choses comme ça se produire à plusieurs endroits sur la planète. Peut-être qu'on s'est senti loin de tout ça. Mais là, on se rend compte que ça peut se produire n'importe où.»
Et ce fut le cas dimanche soir, dans le secteur de Sainte-Foy, là où s'est produit une fusillade faisant «des morts et plusieurs blessés», selon le Service de police de la Ville de Québec.
«C'est bouleversant, c'est triste. Toutes mes pensées vont aux nombreuses victimes, mais également à ceux qui restent», ajoute la chef de Démocratie Québec. «C'est triste, parce que notre ville est une ville où habitent des gens chaleureux, accueillants et non violents, en grande majorité. C'est beaucoup plus ça que nous sommes que ce qui s'est produit ce soir.»
Mais malgré la violence du geste commis, «il faut garder la tête froide», rappelle Mme Guérette. «Il faut faire très attention à ne pas s'embarquer dans une escalade. [...] Il faut lancer un message de tolérance et de respect.»
Au moment d'écrire ces lignes, la Ville de Québec n'avait toujours pas émis de commentaires sur les événements de dimanche soir. Camille B.Vincent