Le capitaine Hughes Durocher informe les passagers de son zodiac lors d'une croisiere aux baleines de la compagnie Innu Essipit.

Collision entre un canot pneumatique et une baleine

Un canot pneumatique de l'entreprise Croisières Essipit est entré en collision avec une baleine lundi midi dans le secteur des Bergeronnes, en Haute-Côte-Nord. Deux personnes, dont le pilote, ont dû être conduites à l'hôpital.
Selon un bref communiqué émanant du Conseil de la Première Nation des Innus Essipit, propriétaire des Croisières Essipit, le mammifère marin a surgi subitement hors de l'eau tout juste devant le bateau, prenant de court le pilote, qui n'a pas été en mesure d'éviter la collision. Ce dernier ainsi qu'un passager ont été éjectés de l'embarcation.
Les deux hommes ont toutefois été rapidement secourus par les ambulanciers, assistés par le Service incendie des Bergeronnes. Ils ont été conduits au pavillon des Escoumins du Centre de santé de la Haute-Côte-Nord pour y être traités pour des blessures dont la nature n'a pas été précisée. Les corps policiers n'ont pas eu à intervenir.
Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a délégué une équipe d'enquêteurs sur place afin de faire la lumière sur cet événement habituellement rare, mais qui s'est aussi produit le 31 juillet.
Observation respectueuse
Les Croisières Essipit fait partie de l'Alliance Éco-Baleine, un organisme regroupant les entreprises d'excursion en mer qui naviguent dans les eaux du Parc marin Saguenay-Saint-Laurent et qui veut assurer l'observation respectueuse des mammifères marins.
«Les entreprises membres et leurs employés contribuent à atteindre les objectifs de l'Alliance Éco-Baleine par leur engagement à offrir des excursions enrichissantes et distinctives, pratiquées dans le plus grand respect des baleines», peut-on lire sur le site de l'organisme.
Les Croisières Essipit exploite six pneumatiques de croisières aux baleines de style Zodiac au quai de la Pointe-à-John, aux Bergeronnes. Elle emploie neuf capitaines certifiés. Autant l'entreprise que le conseil de bande d'Essipit se sont refusés à tout commentaire.