Bruny Surin réclame des dommages - pour un minimum de 90 000 $ - et demande qu'il soit ordonné à Puma Canada et à Puma North America de cesser d'utiliser la marque «Surin», «Bruny Surin» et «Cell Surin».

Bruny Surin gagne une manche contre Puma

Le médaillé d'or Bruny Surin gagne une bataille en cour: la Cour supérieure vient de déclarer que les tribunaux québécois peuvent entendre la cause de l'ex-athlète olympique qui prétend que l'entreprise d'articles de sport Puma commercialise des chaussures d'entraînement en utilisant son nom sans son consentement.
L'olympien réclame des dommages - pour un minimum de 90 000 $ - et demande qu'il soit ordonné à Puma Canada et à Puma North America de cesser d'utiliser la marque «Surin», «Bruny Surin» et «Cell Surin».
L'entreprise Puma, qui vend notamment des espadrilles et divers articles de sport, a fait valoir que les tribunaux québécois ne sont pas compétents pour juger de cette affaire car elle n'a pas d'établissement au Québec et que si une faute a été commise, elle a été commise à l'extérieur de la province.
Elle demandait qu'un tribunal de l'État américain du Massachusetts soit plutôt saisi de cette poursuite.
Mais le juge Simon Hébert de la Cour supérieure du Québec a rejeté ses arguments par une décision rendue le 15 août dernier.
Lieu de résidence
Le juge souligne notamment que Bruny Surin réside au Québec et que c'est à cet endroit qu'il a subi un préjudice et donc les dommages résultant de cette commercialisation.
Le juge considère aussi le principe d'accès à la justice.
«Par ailleurs, compte tenu que la réclamation financière est limitée, que le demandeur (Bruny Surin) fait face à une entité corporative ayant des ressources supérieures à celles d'une personne physique, et étant donné les coûts impliqués, dans une perspective d'accès à la justice, l'intérêt de la justice favorise que le litige soit entendu au Québec», est-il écrit dans la décision.
Les procédures devraient donc se poursuivre au palais de justice de Montréal. Puma Canada et Puma North America peuvent toutefois en appeler de la décision du juge Hébert.
Bruny Surin est notamment médaillé d'or aux Jeux olympiques d'Atlanta au relais 4x100 mètres. Il affirme avoir enregistré sa marque de commerce «Bruny Surin» en 2001.