Bissonnette avait les musulmans et les féministes dans la mire

En même temps qu’il se renseignait quotidiennement sur les musulmans et l’Islam, Alexandre Bissonnette visitait les sites web des groupes féministes de l’Université Laval ainsi que leurs activités à venir.

Le rapport d’extraction de l’ordinateur d’Alexandre Bissonnette, présenté à la cour lundi matin à l’occasion des représentations sur la peine, démontre une intense activité durant les semaines avant la tuerie, alors que le jeune homme était en arrêt de travail en raison de graves troubles anxieux.

La Couronne a déjà mis en preuve que Bissonnette avait fait des recherches Internet sur des tueurs de masse, en particulier le suprémaciste blanc Dylann Roof qui a assassiné neuf Afro-Américains à Charleston en Caroline du Sud.

Bissonnette a aussi visionné plusieurs vidéos sur Youtube concernant le maniement d’armes similaires aux siennes et les techniques de défense.

Le rapport d’analyse préparé par la GRC met en lumière les nombreuses recherches de Bissonnette sur l’Islam en général et sur le décret de Donald Trump visant à bloquer les immigrants musulmans en particulier.

Les policiers ont retrouvé des égoportrait d’Alexandre Bissonnette où le jeune homme porte la casquette rouge « Make America Great Again » du candidat Trump. Les policiers constatent que Bissonnette a lu énormément d’articles publiés par des commentateurs conservateurs.

Le tireur a recueilli des statistiques sur la proportion occupée par les différentes religions dans le monde ainsi que sur le nombre d’immigrants dans différents pays.

Bissonnette a fait plusieurs recherches sur le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ), mais aussi sur la mosquée de l’Association des étudiants musulmans de l’Université Laval.

Féministes dans la mire

Le tireur avait aussi ciblé le comité Féministes en mouvement de l’Université Laval (FÉMUL) ainsi que le Comité des Femmes de la même institution. Bissonnette s’intéressait notamment aux événements inscrits à la programmation de ces comités féministes.

Bissonnette a aussi cherché des informations sur la psychose toxique causée par la consommation de médicaments. 

Quelques jours avant la tuerie, le tueur a fait des recherches sur Amazon pour trouver un masque de loup en plastique, un masque de cochon ainsi qu’un costume de prêtre catholique.

La journée du 29 janvier, Bissonnette a consulté le compte Twitter du premier ministre Justin Trudeau et lu la publication traitant d’un accueil accrû des réfugiés par le Canada.

Entre 16h et 18h le jour de la tuerie, Bissonnette a consulté à 12 reprises la page Facebook du Centre culturel islamique de Québec. 


Plus de détails à venir...