Billie Caron avait été retrouvée sans vie sur le parvis de l'église Saint-Roch.

Billie Caron morte de cause naturelle

Billie Caron - la jeune femme trouvée morte devant l'église Saint-Roch le 5 mars à la sortie des bars - n'était ni droguée ni saoule, confirme le bureau du coroner. Son coeur a flanché.
Cette nuit-là, Billie Caron, 19 ans, fêtait l'anniversaire d'une copine dans un débit de boisson de la rue du Parvis. Accompagnée d'un membre du groupe, elle est sortie fumer, rappelle le coroner Donald Nicole. «Elle a marché avec cet ami jusqu'au parvis de l'église Saint-Roch. Peu de temps après, Mme Caron s'est effondrée au sol et a perdu conscience.»
Étant donné le lieu, l'âge, l'heure et le contexte, d'aucuns avaient nourri les rumeurs, la prise de drogue et d'alcool avait été évoquée. Rumeurs qu'avait arrêtés le coroner dès avril en faisant valoir qu'il n'avait pas découvert de substances illégales dans le sang de la victime.
Dans son rapport final rendu public mardi, il maintient : «Des analyses toxicologiques sont pratiquées au Laboratoire de médecine légale de Montréal. Les analyses ont démontré une alcoolémie sanguine de 50 mg/100 ml [la concentration autorisée pour conduire une automobile étant de 80 mg/100 ml]. Aucune autre substance n'a été détectée.»
Quant au contexte : «Selon les informations recueillies par les policiers, rien d'anormal ne s'est produit dans les heures précédant le décès de Mme Caron. Selon ses proches, Mme Caron était en excellente condition physique et n'avait aucun problème de santé.»
Billie Caron
Une autopsie réalisée à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec a toutefois permis de découvrir des anomalies cardiaques. Billie Caron souffrait donc d'une malformation au coeur qui aurait causé une mort subite. «Il s'agit d'un décès naturel.»